Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Un cœur brisé

21e partie


Résumé :Mourad promet à Halima de l’aider. La jeune femme plonge dans son travail. Elle repense à sa fille, dont c’était l’anniversaire le jour même. Elle n’aura pas le temps de lui préparer un gâteau, mais peut-être pourra-t-elle lui acheter un cadeau ?

-Madame…
Elle relève promptement la tête pour rencontrer le regard de son directeur.
-Oui Monsieur.
-Vous avez terminé avec le courrier ?
-Oui. Je m’apprêtais à vous remettre les parapheurs.
-Pas dans l’immédiat. J’ai une réunion à l’extérieur, et vous devrez m’accompagner.
-Euh… Oui… Mais… Ce problème de transport…
-Considérez-le comme réglé. Après la réunion, le chauffeur vous déposera chez vous. Je vais vous libérer un peu plus tôt aujourd’hui pour rectifier le tir… Heu… Je suis désolé pour hier. Mourad m’a raconté ce qui s’était passé.
Halima sentit ses yeux s’inonder :
-Sans l’intervention des agents de sécurité, je n’aurais pas donné cher de ma vie.
Confus, il lance d’une petite voix :
-Cela ne se reproduira plus, je vous le promets. La réunion à laquelle elle assista, cette fois-ci, se déroula dans une entreprise de matériaux de construction. Elle sera suivie d’un déjeuner, puis d’un débat. Halima n’aura ni le temps de s’ennuyer ni celui de se poser des questions. Elle apprécia cependant les interventions des participants, qui se surpassèrent pour imposer leurs idées et leurs propositions… En outre, elle n’était pas mécontente de constater la présence de plusieurs femmes cadres, ou tout comme  elle, secrétaires-assistantes, qui accompagnaient leur patron.
La pause du milieu de l’après-midi la libérera davantage de son stress. Elle sympathisa avec quelques participants tout en sirotant un café. Deux heures plus tard, le regroupement prendra fin. Elle ne sera pas mécontente d’apprendre que le chauffeur l’attendait pour la déposer chez elle. Il était encore tôt, et elle aura le temps d’acheter un cadeau pour Sabrina, et même de préparer un bon gâteau. Les bras chargés, elle arrive à la maison, et constate que sa fille était déjà là, et aidée de sa grand-mère, elle avait ouvert les cadeaux offerts par son père. Athmane n’avait pas oublié son anniversaire, et comme à ses habitudes, il l’avait gâtée plus qu’il n’en fallait. Halima soupire d’aise. Sabrina ne souffrira pas trop de l’absence de son père. Ce dernier ne ratait jamais ses rendez-vous hebdomadaires, et la récupérait chaque week-end pour passer la journée avec lui.La petite l’attendait toujours avec impatience, et jubilait à l’idée de ces sorties qu’il programmait pour elle. Parfois elle demandait à sa mère pourquoi ils étaient séparés… Halima la prenait alors dans ses bras et tentait de lui expliquer qu’à l’instar des enfants de son âge, il arrivait aussi aux adultes de se fâcher et de se bouder… Trop jeune pour comprendre certaines choses, Sabrina se contentait de ces répliques évasives et battait ensuite en retraite pour retrouver ses jouets, et son monde enfantin…

(À  SUIVRE)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER