Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Les racines de l’amour

48e partie

Résumé : Zouina avait flairé un air malsain autour de sa fille. Que manigançait-elle donc ? Va-t-elle fuguer ? Elle la prend à l’écart et lui tient un discours des plus dissuasifs. L’honneur de leur famille ne devrait jamais être souillé. Quelles qu’en soient les raisons, elle devrait respecter les principes ancestraux.   

Ghenima appelle Aghiles… Le petit garçon souriait de toutes ses petites dents et semblait heureux de voir sa tante enfin revenir vers lui. Il se blottit contre elle et met ses deux menottes autour de son cou.
Ghenima le serre très fort et se met à le chatouiller. L’enfant riait comme chaque fois que sa tante daignait s’amuser avec lui. Il semblait si heureux, si plein de vie.
- Tu ne dors pas encore, hein bébé. Allez, viens que je te chante une berceuse. L’enfant s’y prête de bon cœur et Ghenima se met à le bercer en fredonnant une vieille rengaine qui racontait l’histoire tumultueuse de deux animaux sauvages, qui se disputaient une gazelle. Son cœur saignait. Elle était cette gazelle prise entre les griffes d’un animal, car les traîtres ne manquaient pas dans la forêt où elle résidait.
Aghiles s’était endormi. Son visage angélique lui fait venir les larmes aux yeux.  Elle le serre encore un moment contre elle, avant de se lever pour le tendre à Fatiha.
- Mets-le au lit, il dort comme un petit ange.
Zineb rappelle ses enfants et les entraîne vers sa chambre. Belkacem semblait attendre son père. Mais ce dernier a dû rencontrer quelques vieilles connaissances, ou bien Aïssa l’avait invité à partager son dîner, question de fêter son mariage.
Le jeune homme faisait de grands pas dans la cour et Ghenima l’entendit même vociférer, chose qui lui arrivait très rarement. Belkacem était un homme calme, posé et bien éduqué, qui respectait sa famille et son entourage.
Quelle journée ! se dit-elle.
Et  pour elle, elle n’était pas
encore finie.
Da Kaci rentre en fin de compte chez lui. Il brandit sa canne à l’intention de son fils et lui fait signe d’aller rejoindre sa chambre.
Belkacem interdit lui jette un mauvais regard
mais son père semblait assez mal en point pour ce soir pour tenter de commenter quoi que ce soit avec lui.
Zineb revient et se met à réchauffer le dîner, mais le vieil homme la rabroue.
La jeune femme se dit qu’il a dû manger à l’extérieur. Da Kaci avait un bon appétit, et rien ne pouvait l’ébranler sur ce point. Mais …. peut-on comprendre l’état d’âme d’un père qui marie sa fille d’une manière aussi précipitée ?
Zineb retire la marmite du feu et remue les braises de l’âtre afin de maintenir la température chaude et clémente de la grande salle.
Da Kaci jette un coup d’œil circulaire autour de lui. Zouina semblait dormir à poings fermés et Ghenima était sagement assise  non loin d’elle.
Tant mieux, se dit-il, au moins ces femmes ne vont pas encore faire des scènes. Il ôte son burnous et sa coiffe, puis monte dans la soupente, et Ghenima entend le plancher craquer un moment puis plus rien. Son père s’est endormi et ses ronflements sonores parvenaient au rez-de- chaussée.
Elle se lève et jette un coup d’œil dans la cour. Personne… Belkacem a fini par se retirer dans sa chambre, et comme à ses habitudes Mokrane, ne rentrera pas de sitôt.
Sa mère dormait profondément, et plus rien ne bougeait dans la maison. Était-ce le moment ?
Dehors, il faisait un froid de canard. La lune était cachée par des nuages. On n’y voyait pas à un mètre. Ghenima s’approche du feu et allume une torche. Elle prend une vieille écharpe de sa mère et la jette sur ses épaules. Elle sent un pincement au cœur, mais se reprend vite. Ce n’était pas le moment de faire du sentiment. Sa vie et son avenir étaient en jeu, et la seule issue qui lui restait  était la fugue. Elle en assumera les conséquences jusqu’au bout.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER