Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Un cœur brisé

55e partie

Résumé : Sabrina rencontre Riad et lui demande les raisons de ce mariage qu’il prévoyait avec sa mère. Le jeune homme ne semblait pas dérangé par ses questions, mais trouve qu’elle est trop dure dans ses jugements.

 

Elle sentit ses yeux se mouiller et ne put retenir les deux longues larmes qui tracèrent ses joues. Riad le remarque et lui tend un mouchoir.
-Ne pleure pas. Je n’aime pas les larmes. Je n’aimerais pas te voir malheureuse, Sabrina.
Elle s’essuie les joues et renifle.
-Je suis désolée. Mais j’ai beaucoup de peine pour maman. Elle a sacrifié sa vie pour m’éduquer et assurer mon avenir. Dans sa jeunesse, elle avait refusé des dizaines de prétendants afin de me garder auprès d’elle. Crois-moi, je n’aimerais pas entraver son bonheur, mais il m’est impossible de me taire devant un tel dilemme.
Riad soupire.
-Tu penses alors que je suis là pour autre chose.
-Je ne sais pas ce qui pourrait t’attirer chez ma mère. Elle n’est plus de prime jeunesse. J’aimerais qu’elle puisse retrouver un peu de bonheur auprès d’un homme qui va l’aimer pour ce qu’elle est et non pour ce qu’elle a !
Riad demeure interdit quelques secondes avant de riposter.
-Mais tu fais fausse route, Sabrina. Je ne vais pas me marier avec Halima pour son argent. Tu sais bien que je gère plusieurs affaires, et que je suis assez riche pour vivre à l’abri du besoin jusqu’à la fin de mes jours. Par contre, ta mère ne possède que son salaire mensuel pour gérer son quotidien.
-Alors pourquoi veux-tu l’épouser ? Tu es amoureux d’elle ?
Il baisse les yeux.
-Peut-être.
-Je ne le crois pas.
-Tu es trop injuste, Sabrina.
Elle soupire.
-Donne-moi donc d’autres raisons plus logiques, et je prendrai les choses plus au sérieux.
Il toussote.
-Sabrina, j’aime ta mère.
-Ah ! Tu l’aimes ?
-Oui. Lorsque nos regards s’étaient rencontrés, j’ai cru un moment revoir ma défunte mère.
-Quoi ?!
Elle fronce les sourcils.
-Tu revoyais qui ?
Il déglutit.
-Ma propre mère.
-C’est une blague !


(À  SUIVRE)
Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER