Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

La brûlure de la braise

60e partie


Résumé : Après l’enterrement de sa grand-mère, Saad renoue avec ses vilaines habitudes, et abandonne sa mère et son boulot. Cette dernière finira par le chasser de l’appartement. Yahia le sommera de reprendre son travail de journaliste.

 

Mais rien n’y fit. Les bars m’attiraient toujours plus. Pis encore, je me suis initié aux jeux et j’ai moi aussi hypothéqué tout ce que je possédais. Sauf les objets de ma défunte grand-mère, que je gardais bien au chaud au fond de ce carton. Je passais mes nuits dans un hangar que je partageais avec quelques clochards. Moyennant une bouteille de vin chaque jour, je pouvais prétendre à une place au fond de ce gouffre noir et froid l’hiver, mais infernalement chaud l’été. D’ailleurs dès que la température devint clémente je dormais à la belle étoile.
Houria s’inquiétait pour ma mère qui désormais vivait seule dans cet appartement dont elle n’arrivait même plus à payer la location. Un jour, prenant son courage à deux main, Hizia vendit tous les meubles qui nous restaient et partit s’installer chez sa fille à Alger. Moi, je n’existais plus pour elle. J’étais ce fils indigne qu’elle ne reconnaissait plus… Quelques mois passent. J’étais toujours un clochard bien sûr, mais reprenais tout de même conscience. La boisson ne m’attirait plus autant qu’avant, et il m’arrivait souvent de repenser à tous les dégâts que j’avais engendrés par mon inconscience. Toutefois, dès le crépuscule, je reprenais le chemin du bar. Non pas pour boire ou jouer, mais tout simplement, parce que je venais de rencontrer une femme ! Elle s’appelait Souad. Et était originaire de l’Est. Belle comme le jour, et tout aussi généreuse qu’intelligente. On me l’avait présentée à son arrivée à Annaba, deux mois plus tôt. Notre première rencontre ne sera pas vraiment aussi conviviale que je le souhaitais. Souad était plutôt timide et réservée. Le comble pour une femme qui offrait ses charmes dans un bar. Elle me tend la main gauche pour serrer la mienne, puis se détourne, alors que je remarquais des larmes dans ses yeux. Quelque chose en moi se met à remuer. Le flair journalistique refait surface. Cette femme n’était pas faite pour travailler dans un bar, et rencontrer des hommes de tous bords. Elle devait cacher une triste histoire. Qu’a-t-elle donc fait pour se retrouver dans ce milieu pourri et sans pitié ? Je me promets de découvrir toute la vérité. Jusque-là, nous nous somme juste croisés et avions échangé quelques bribes de conversation sans intérêt. Deux jours plus tard, alors que j’avais totalement cuvé mon vin et repris mes esprits, je me rendis au hammam, puis chez mon coiffeur. Je possédais encore quelques vêtements “convenables” qui me permettraient de frimer devant cette demoiselle, que je ne pouvais me résigner à considérer comme légère. Le soir venu, je me rendis à mon bar et demandais après elle sans préambule. Elle s’occupait d’un client qui semblait “intéressé”. Je la regarde un moment et constate qu’elle se présentait toujours du côté gauche. Quelque chose dans sa manière de s’habiller m’intriguait aussi. Contrairement à ses “consœurs” qui portaient des tenues à fleur de peau ou totalement décolletée, Souad portait des robes longues, évasées et plutôt décentes. Même le maquillage était léger. Je m’approche d’elle et lui entoure les épaules :
-Bonjour Souad. Elle m’adresse un sourire, puis se tourne vers l’autre homme qui semblait contrarié par ma présence.
J’insiste : -Souad… Je… j’aimerais te parler…


(À  SUIVRE)
Y. H



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER