Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

La brûlure de la braise

68e partie

Dessin/Mokrane Rahim

Résumé : Le lendemain, la température avait augmenté d’un cran. J’arrive à la rédaction en retard et entame un publireportage, avant de passer à un article sur le chômage. La tranche juvénile souffrait le plus de ce fléau.

La tranche juvénile représentait une bonne partie de notre population et devrait assurer l’avenir du pays. Le chômage avait anéanti les espoirs les plus fous. Que deviendront donc tous ces diplômés formés par l’université si le chômage devait persister encore de longues années ?
-Des drogués à n’en pas douter, lance une voix derrière moi.
Je me retourne pour rencontrer le regard de Saad. Ce dernier lisait à travers mon écran, et aussi concentrée que j’étais sur mon article, je n’avais pas ressenti sa présence.
-Saad ? Tu es là depuis longtemps ?
-Depuis que tu as amorcé ton papier.
-Tiens, tiens, on dirait que tu m’espionnes.
Il sourit.
-J’aimerais bien, figure-toi, mais tu sais bien que je n’en aurai jamais le courage.
J’entame le dernier paragraphe de mon article, puis je réponds :
-J’ai travaillé comme une esclave aujourd’hui. Tu me donneras encore deux minutes pour remettre ce papier et nous aurons le reste de la journée à nous deux. Tu veux bien me narrer la suite de ton récit, n’est-ce pas ?
Il secoue la tête.
-C’est ce qui était prévu.
Je fronce les sourcils.
-Tu as un empêchement ?
-Oui et non.
-Je ne comprends pas.
-En fait, je veux te présenter ma sœur Houria et ma mère.
-Ah ! J’en serais ravie. Tu vas les ramener à la rédaction ?
-Mais non. Elles sont chez moi en ce moment. Tu es invitée à dîner à la maison ce soir.
-C’est gentil, mais...
-Mais quoi ? Tu as prévu quelque chose ?
-Non. Pas du tout.
-Alors ?
-Je n’aimerais pas déranger une réunion de famille.
-Tu ne déranges personne. Ma femme sera heureuse de te recevoir.
-Je serai encore plus heureuse de la revoir.
-Alors c’est OK ?
-Ai-je d’autre choix que celui d’accepter ?
Il rit .
-Parfait. Maintenant je dois m’esquiver, j’ai un reportage.
-Oh ! Je croyais qu’on allait poursuivre ce récit.

(À  SUIVRE) Y. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER