Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Les racines de l’amour

69e partie


Résumé : Mohand revoit son père et constate que ce dernier n’est plus que l’ombre de lui-même. Il était si triste et si affligé qu’il ne peut retenir ses larmes à la pensée que son père aurait pu trépasser lui aussi. Ce dernier le console en lui assurant qu’il n’avait pas peur de quitter ce monde, mais plutôt de souffrir.

Il secoue sa tête d’un air sage :
- La mort mon fils ne me fait pas peur. Nous ne sommes pas éternels. Ce que je crains le plus, c’est bien la souffrance.
Mohand hoche la tête :
- Oui, mère avait souffert le martyre ces derniers mois. Je la plaignais tous les jours.
- Tu vois, alors qu’aurais-tu fait si je t’avais annoncé ma maladie ?
- Rien certes. Mais, je suis ton fils, et en droit de savoir ce qui pourrait t’arriver de bon ou de mauvais.
Yahia lui tapote l’épaule :
- Tu es un bon fils, Mohand… Tu t’es occupé de la maison et de la famille. Maintenant que je suis là, il est temps pour toi de penser un peu à ton avenir.
Mohand ne répondit pas. Il avait encore de la fièvre et ses blessures le torturaient. Il se lève et s’excuse auprès de son père :
- Je suis exténué.
- Va donc prendre un peu de repos. Je vais tenter de veiller avec les autres.
- Surtout pas. Tu es épuisé, père et ce long voyage que tu viens d’entreprendre n’arrange pas les choses. Laisse donc Amar s’occuper du reste, et va toi aussi te reposer un peu. Demain, la journée sera bien plus longue, et bien plus pénible pour nous tous.
Le vieil homme se passe une main sur le visage :
- Je sais mon fils, dit-il d’une petite voix. Que Dieu soit avec nous.
Mohand retourne dans la remise et Amar le suit.
- J’ai demandé à Yemma Kamra de nous ramener quelque chose à manger.
- Je n’ai pas faim.
- Tu devrais manger, Mohand. Depuis quand n’as-tu pas avalé une bouchée ?
Mohand ne se rappelait pas. Tant de choses s’étaient accumulées ces dernières heures, qu’il avait oublié jusqu’au goût de la nourriture. Les gargouillements de son estomac le ramènent à la réalité :  
- Depuis hier peut-être…
- Hum… À ta mine défaite, je n’ai aucun mal à penser que cela fait au moins deux jours que tu n’as rien pris.
Mohand soupire :
- Avec le décès de mère et l’état de père, je te demande qui aurait le cœur à faire passer quelque chose à travers sa gorge?
- Moi…
Mohand sourit du coin des lèvres :
- Bien sûr Amar, ta femme pourra s’occuper de toi.
- Non. Je préfère ma belle-mère. Elle est moins loquace.
- Là-dessus, tu as raison.
À ce moment précis, une vieille femme fait son irruption dans la remise avec un plat de couscous arrosé de légumes et garni de morceaux de viande.
- La mort ne choisit pas son moment, alors autant s’y préparer à l’avance et partir le ventre plein, lance-t-elle en guise d’encouragement aux deux hommes.
Mohand invite son frère à s’asseoir auprès de lui sur la natte et lui tend une cuillère :
- À toi de commencer. Cela fait bien longtemps que tu n’as pas goûté un tel plat.
- Tu peux le dire, frérot… Même dans mes rêves je revoyais ces bons plats de chez nous que mère nous préparait autrefois.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER