Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Un cœur brisé

72e partie


Résumé : Athmane et ses deux garçons quittent le restaurant pour se rendre à l’aéroport. Sabrina doit bientôt les rejoindre au Sud. Dans l’euphorie de sa réussite, elle n’a pas remarqué l’homme assis au dernier rang de l’amphithéâtre.

 

Comment fera-t-il donc pour lui avouer cet amour qui commençait sérieusement à le torturer ? Jusque-là, il s’était tenu à l’écart de tout contact. En vérité, il voulait se faire oublier. Maintenant que la jeune fille avait son diplôme en poche, il pourra bien sûr la contacter pour la féliciter. Cela sera un bon prétexte, et elle n’y verra que du feu. Mais ensuite ? Acceptera-t-elle une sortie ? Ne sera-t-elle pas réticente à toute proposition galante, du fait qu’il avait auparavant courtisé sa propre mère ?
Des questions sans réponse se bousculaient dans son esprit. Pourtant, il doit agir, et pour commencer, il devrait l’appeler sans tarder.
Il prend son mobile et compose son numéro, puis se ravise. Non. Il y a un moyen bien plus galant de démontrer son admiration à une jeune femme. Le lendemain, en ouvrant la porte d’entrée, Sabrina est fort surprise de recevoir des fleurs. Un peu étonnée, elle se saisit du bouquet et referme la porte derrière elle. Elle remarque qu’une carte de visite était épinglée à l’emballage, et s’empresse de la lire. Son étonnement s’agrandira en découvrant que cela venait de Riad. Elle parcourt nerveusement l’écriture penchée : “Reçois mes chaleureuses félicitations pour ta thèse. Accepteras-tu de dîner avec moi demain ? J’ose espérer que tu ne refuseras pas. Ton dévoué. Riad.”
Elle se laisse tomber sur le divan du salon. On était au milieu de la matinée, et elle se trouvait seule à la maison. La jeune fille se demande si elle ne devait pas renvoyer le bouquet de fleurs au jeune homme avec un gentil mot de remerciements, tout en lui précisant qu’elle ne pouvait accepter aucun cadeau de sa part, encore moins de sortir avec lui. Avait-il déjà oublié que cela ne fait pas longtemps il était le fiancé de sa mère ?
Elle secoue la tête. Renvoyer les fleurs serait un manque de civisme de sa part. Et pourtant !
Son mobile se met à sonner. Elle reconnut le numéro de son père et s’empresse de répondre.
-Bonjour ma grande. Je présume que tu es seule à la maison.
-Oui. Maman est partie travailler. Comment vas-tu papa ? Vous êtes bien arrivés ?
-Grâce à Dieu. Le vol avait affiché un petit retard, mais nous avons pu rentrer sans trop de mal à la maison. Et toi ? Que fais-tu ?
-Je mettais un peu d’ordre dans mes affaires.
-Bien. Mais pense à programmer tes vacances. Tu as besoin d’un bon repos.
-J’y pense, papa. J’attends que maman prenne son congé. Elle aussi veut partir en voyage pour quelques jours.
-C’est ce qu’elle aura de mieux à faire durant ton absence.
-Je ne sais pas si...
Athmane relève le ton hésitant de sa fille.
-Quoi, ma puce ? Un aléa te tracasse ? Un obstacle se dresse devant toi et t’empêche de prendre tes vacances dans l’immédiat ?
-Pas vraiment.  
-Tu as oublié de me confier quelque chose hier ?
-Non.
Elle marque une pause, puis
lance :
-Je viens de recevoir des fleurs.
-D’un admirateur ?
-De Riad.
-Riad ?
-Oui. Cet ex-prétendant de maman.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER