Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

Un cœur brisé

77e partie


Résumé : Sabrina tente de contacter Riad, mais ce dernier ne répond pas. Elle rejoint alors sa mère dans sa chambre, et c’est à ce moment-là que le jeune homme la rappelle. Elle est prise de court par les interrogations de sa mère.

Prise de court, Sabrina n’aura plus d’autre choix que celui de décrocher.
-Allô.
-Sabrina. C’est Riad. Comment vas-tu ?
-Ça va.
-Tu m’avais appelé. Désolé, je ne pouvais pas te répondre, j’étais au volant.
-Ce n’est pas grave. C’était juste pour te remercier pour les fleurs.
-Allons donc. Tu n’as aucunement à me remercier, nous sommes amis, et j’ai beaucoup apprécié ton exposé.
-Tu étais...
-Je ne voulais en aucun cas rater ta soutenance, Sabrina.
-Ne me dis pas que tu étais à l’université.
-Eh bien, c’était le cas. Je voulais t’aborder pour te féliciter, mais tu étais avec tes parents, alors je me suis esquivé discrètement.
Sabrina demeure sans voix. Sa mère le remarque et intervient :
-Avec qui parles-tu, Sabrina ?
Au lieu de répondre à sa mère, la jeune fille s’empresse de lancer :
-Riad, merci pour tout. Ton geste me va droit au cœur. Les fleurs sont sublimes, mais je ne pourrais pas accepter ton invitation à dîner.
Le jeune homme ne répondit pas tout de suite. Au bout de quelques secondes, il lance :
-Bien. Alors nous pourrions peut-être nous revoir autour d’un thé.
-Je ne le pense pas. Je dois rejoindre mon père au Sud pour passer quelques jours de vacances.
-Quand ?
-Très bientôt.
-Nous pourrions tout de même...
-Non, Riad, l’interrompt-elle. Non. Je préfère qu’on ne se revoie pas.
-Nous sommes pourtant amis. L’as-tu déjà oublié ?
-Non. Mais vu les circonstances, je ne pense pas que ma mère va approuver notre relation.
- Voyons, Sabrina ! Nous ne faisons rien de mal.
-Je sais. Mais, enfin Riad, comprends-moi donc, je n’aimerais pas creuser davantage une relation qui n’augure rien de bon.
-Pourquoi dis-tu cela, Sabrina ?
-Je ne dis que ce que je pense, Riad. J’ai même demandé conseil à mon père, et je trouve qu’il a raison de me mettre en garde contre une relation qui risque de s’effilocher avant même d’avoir commencé.


(À  SUIVRE)
Y. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER