Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

La brûlure de la braise

79e partie


Résumé : Souad est obligée de s’incliner devant les exigences de son patron, car elle n’avait plus personne vers qui se tourner. Le premier soir, une fille est chargée de la “guider”. Elle devrait suivre ses instructions pour apprendre le métier.

 

La soirée sera un cauchemar pour moi. Ma vie sombra depuis ce jour-là dans un enfer. Cela fait vingt ans que je fais ce “métier” et à ce jour, je n’ai pas encore pu me dérober de ce milieu pourri.
Saad soupire :
-Elle me faisait de la peine, mais je ne pouvais rien faire pour elle.
Il marque une pause puis reprend :
-Malgré son intelligence, Souad était roulée. Je veux dire qu’elle ne connaissait plus rien de la vie que les milieux malfamés où elle avait toujours évoluée. Elle m’avait raconté qu’elle s’était rendue dans son village une fois. Par nostalgie peut-être… Elle voulait revoir ses parents et sa famille. Mais elle n’avait trouvé personne. Un paysan qui connaissait bien son père lui avait appris que ce dernier avait été broyé par un tracteur. Une mort atroce… Mais je trouve que c’est ce qu’il méritait. Le châtiment me paraîtra même clément pour quelqu’un qui a vendu sa fille pour une bouchée parce qu’elle était infirme. Après cet accident sa mère avait sombré dans la démence avant de se suicider. Pensant qu’ils étaient victimes d’un mauvais sort, les autres membres de la famille quittèrent le village pour une destination inconnue. Souad n’avait plus jamais revu les siens…
-Ensuite ? Demandais-je toujours suspendue à ses lèvres…
Il hausse les épaules :
-Ensuite… Elle avait voulu connaître ma vie. Un peu honteux de ma situation, alors que la sienne était des plus tragiques, je me suis mis à lui raconter l’histoire de ma famille jusqu’au bout. À la fin, elle gardera le silence un long moment, avant de mettre sa main sur mon bras et de me conseiller de reprendre tout de suite contact avec ma mère et Houria. Je ne devrais jamais quitter les miens, et mieux encore, je devrais cesser de fréquenter ces lieux de débauche et reprendre mon boulot.“Tu es jeune, me dit-elle, Jeune et ambitieux. Tu as eu la chance de faire des études et d’apprendre ce beau métier de journaliste. Ne refuse donc pas ce que t’offre la vie. Oublie tes déboires. Ce n’était qu’un mauvais passage. Parfois ce sont les épreuves qui nous forgent. Les tiennes ne pèsent pas grand-chose devant ce que j’ai vécu et ce que je subis jusqu’à ce jour. Reprend ton destin en main, et oublie qu’un jour, tu m’as rencontrée.”
-Commet cela ? m’écriais-je. Souad, je ne pourrai jamais t’oublier.
-Non. Tu dois m’oublier. Je fais partie de tes mauvais passages dans ce monde.
-Mais je t’assure que c’est plutôt une bonne chose pour moi. Tu viens de me donner la meilleure leçon qui soit…
-Alors, tu n’as plus qu’à suivre mes conseils pour devancer les évènements, et prendre ta vie en main. Promets-moi de partir dès ce soir sur Alger pour retrouver ta mère et ta sœur Houria.
-Ce soir ?
Je jette un coup d’œil à ma montre. Il se faisait tard, et on était déjà au crépuscule.
Elle insiste :
-Il n’y a plus une minute à perdre. Tu pourras changer d’avis si tu t’entêtes à attendre jusqu’à demain matin. Il faut savoir saisir sa chance au bon moment Saad…


(À  SUIVRE)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER