Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

La brûlure de la braise

82e partie


Résumé : Chez Saad, je rencontre enfin Hizia et Houria. La mère et la sœur de Saad étaient charmées  par ma présence, et c’était réciproque. La conversation portera sur leur  famille et la triste expérience qu’elle avait vécue.

 

Hizia toussote :
-En fait, Saad a fini par comprendre, qu’en dehors de nous deux, il n’avait plus de famille. Heu… T’a-t-il parlé de cette… Cette femme qu’il a rencontré à Annaba ?
-Heu. Oui… C’était un passage obligatoire dans son récit. Sans elle, il ne sera pas ce qu’il est
aujourd’hui… ?
-Le crois-tu ?
-Oui. Je le pense. Enfin, je n’ai fait que suivre sa narration.
Hizia secoue sa tête :
-Cette femme n’avait été qu’une dernière touche. Je suis croyante, et je pense que le destin de chacun de nous est tracé avant notre naissance. Nous ne faisons donc que suivre ce qui est écrit.
Elle soupire :
-Lorsque Ameur avait hérité de la fortune de Aoued, je pensais que notre vie allait prendre une tournure positive.
Comme tous les humains, je ne voyais que ce qu’on pouvait obtenir avec cet argent. Mon mari avait succombé au chant des sirènes, et il s’est perdu. L’argent l’avait rendu égoïste, puis fou. Il est devenu irresponsable et nous avait abandonnés. Moi de mon côté, j’ai été contaminée par la folie des grandeurs, alors que je n’étais qu’une petite nomade, qui ne connaissait rien de la grande ville, ni des mœurs citadines. Je me suis laissée emporter par la spirale de cette folie, jusqu’à négliger l’éducation de mes filles. C’est comme ça que le miroir aux alouettes m’a renvoyé mon reflet. C’était moi qui avait provoqué les malheurs de Zineb et son suicide. Si j’avais été plus près de mes filles, que de ces dames de la soi-disant haute société, que je fréquentais, Zineb sera toujours en vie aujourd’hui. Mais il était dit que ce ne sera pas le cas.
Hizia essuie ses yeux, puis ébauche un sourire :
- La vie nous donne tous les jours des leçons. C’est seulement lorsque nous tombons dans les pièges de notre inconscience que nous nous rappelons ses mises en garde.
Saad toussote :
-Grâce à Dieu, nous menons aujourd’hui une existence très
sereine…
-Oui mon fils, mais il faut toujours regarder en arrière, avant de penser à faire un pas en avant. Le passé nous rattrape toujours. N’oublie jamais que ton père et tes ancêtres étaient des nomades qui sillonnaient le désert à la recherche de leur nourriture. La vie que nous menons aujourd’hui est bien différente. Mais nos origines demeurent les mêmes…


(À  SUIVRE)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER