Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

La brûlure de la braise

85e partie et fin


Résumé : Saad n’avait jamais oublié Souad. C’est grâce à cette femme qu’il avait réussi dans sa vie. Je prends la décision de retrouver sa trace et charge un confrère d’entamer une enquête. Il m’apprendra que la malheureuse avait été retrouvée morte dans un square.

 

Il poursuit :
-Un autre indice. Cette femme n’avait pas son bras droit. On dirait que la vie de cette malheureuse n’avait pas été un fleuve tranquille. C’est peut-être pour cela qu’elle avait voulu en finir au plus vite, en allant au-devant de la mort.
-D’où as-tu donc pioché ces renseignements ? Dans un cabaret ?
-Pas tout à fait. J’ai plutôt fait appel à un ami qui était dans la Protection civile. C’est lui qui m’a aidé à remonter jusqu’à la nuit de son décès. Quelqu’un avait découvert cette femme au petit matin et avait donné l’alerte. Une enquête s’en était suivie. J’ai même interrogé quelques videurs qui s’étaient rappelés de cette affaire. Toutes les informations concordent. Donc, il s’agit bien de Souad.
-Je pense que c’est le cas. Merci mon ami pour tes précieux renseignements.
Je raccroche et je me mets à réfléchir. Dois-je mettre Saad au courant de la triste fin de Souad ?
Il le fallait bien. Sinon cet homme ne va pas cesser de la rechercher, et de ce fait, rabâcher continuellement son passé. Lorsqu’il rentre à la rédaction en fin de journée, je prends une lente inspiration, avant de choisir mes mots pour lui apprendre la triste fin de celle qui lui avait tendu la main un jour où il s’était perdu.
Il demeure figé un moment à me regarder, sans réellement me voir. Son esprit était à des centaines de kilomètres de là. En fait, il était retourné sur ce banc d’un jardin public, où il avait rendez-vous un après-midi avec son destin.
Enfin, il se tourne vers moi et lance d’une voix nouée.
-Tu as bien fait Hanane d’entreprendre cette enquête.
-Tu avais longtemps cherché après cette femme. Comment se fait-il que tu ne sois jamais arrivé à cette conclusion ?
Il secoue la tête.
-Parce que je pressentais cette fin. Et je l’appréhendais même. Lorsque Souad avait insisté pour demeurer sur ce banc, je savais au fond de moi que je n’allais jamais plus la revoir. Mais avec le temps, mes doutes s’étaient estompés et j’ai gardé l’espoir de la retrouver un jour.
Les larmes brillèrent dans ses yeux.
-Souad est donc morte cette nuit-là. C’était peut-être son souhait. Et c’est aussi la meilleure chose qui pouvait arriver à une femme dans sa situation. Elle avait tellement souffert ! Que Dieu ait son âme.
Saad s’essuie les yeux d’une main rageuse et prend ses affaires avant de quitter les lieux.
Un adage me revient à ce moment. Un adage qui résume tous les rebondissements du récit. Ne ressent la brûlure de la braise que celui qui marche dessus.
Je venais de passer une longue et harassante journée à la rédaction. Mais cela ne m’empêchera pas de porter les touches finales à mon récit avant de le remettre à la publication.
Ma journée terminée, je quitte le journal et je me mets à marcher à travers les artères de la ville, pour me retrouver devant l’entrée d’un jardin public. Mes pas me conduisent alors vers la mare aux poissons. J’aspire une bonne bouffée d’oxygène et contemple un moment la verdure qui m’entourait avant de remarquer sur le banc qui me faisait face une femme, tout de noir vêtue, qui pleurait. Je voulus m’approcher d’elle pour lui proposer mon aide. Mais, à ce moment précis, elle se leva promptement et quitta les lieux.
C’était sûrement un signe de Souad qui me sommait de quitter les lieux et de suivre mon destin.


(fin)
Y. H.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER