Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

38e partie

À tout jamais…

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Kamélia se rend au rendez-vous. Elle arrive la première et s’installe à une table. Elle pense à sa vie et à ces derniers mois où tout a changé pour elle. Idir ne tarde pas à la rejoindre. Il lui apprend que Tewfik veut la voir aujourd’hui. 

Kamélia se sent pâlir, puis rougir. Elle essaie de garder son calme.
-Pourquoi ?
-Pour te féliciter, lui dit-il.
-On est à peine ensemble qu’il est au courant. Qui le lui a appris ?
-Moi. Ma chère, je n’ai pas l’intention de faire un secret de notre mariage, lui confie-t-il en souriant. S’il vient jusqu’à toi, lui parleras-tu ?
-Je n’ai rien à lui dire, réplique Kamélia. Pourquoi accepterais-je de le revoir maintenant ? Il a fait sa vie. À mon tour de faire la mienne, dit-elle en feignant de se rappeler. Ma mère m’a dit que tu voulais discuter d’autres détails. Alors ?
Idir termine sa tasse de café et la repousse.
-Je voulais t’apprendre que j’ai acheté un appartement et une boutique de l’autre côté du village. C’est pour nous.
-Nous allons vivre ici ?, demande-t-elle. Et mon travail en ville ? 
-Nous travaillerons à notre compte, dit-il. On tiendra la boutique ensemble. Si tu veux, on peut y aller, propose-t-il en clignant de l’œil. Je voulais te faire la surprise.
-Oui, je le suis. Et si cela ne me plaît pas, c’est parce que tu as pris toutes les décisions seul, lui reproche-t-elle. Mon avis ne compte pas finalement.
-Si, mais c’est ton père qui m’a parlé de son ami qui les mettait en vente car il part au Canada avec sa famille. Il m’a dit que c’était une bonne affaire et, franchement, je ne doute pas de ton père. C’est un homme avisé. 
-Oui.
-Et il est très ouvert d’esprit, ajoute-t-il. Il n’était pas contre l’idée que je te les fasse visiter. C’est rare de nos jours de tomber sur un père large d’esprit. Il te fait confiance. Enfin, il nous fait confiance, rectifie-t-il. Alors, on y va ?
Kamélia consent à le suivre. La situation la dépasse. Il faudra qu’elle parle à ses parents. Ils ne peuvent plus décider sans la consulter. Ce n’est pas parce qu’elle les respecte et leur obéit qu’ils doivent l’ignorer.
Elle marche aux côtés d’Idir. Ce dernier est si heureux qu’elle l’entend fredonner une chanson sentimentale. La colère qu’elle sentait monter est vite tombée. De nouveau, il la touche et la trouble comme personne n’a su le faire. 
 

(À SUIVRE)

T. M. 
taosmhand@yahoo.com
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER