Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

32e partie

Le labyrinthe

© Dessin/Ali Kebir.

Résumé : À peine arrivée à Tlemcen que Nacéra reçoit la visite de cet ami de Yacine, auquel elle devait remettre le colis. Ce dernier ne semblait pas à l’aise et jetait un coup d’œil anxieux autour de lui.

Enfin, il parut rassuré et revient vers elle.
-C’est gentil à vous chère demoiselle de m’avoir ramené ce petit présent.
-Remerciez plutôt Yacine. Moi, je n’ai fait que vous le remettre.
-Mais c’est ça le plus important… Le ramener… Tenez…
Il prend une liasse de billets de banque de sa poche et les mit d’office dans la main de Nacéra
- Tenez, pour vous remercier de votre peine. Offrez-vous quelque chose.
- Mais je…
- Taisez-vous. 
Le ton autoritaire de l’homme et ses yeux globuleux n’auguraient rien de bon. Nacéra prendra peur.
-Taisez-vous, reprit-il. On ne discute pas mes ordres. Vous prendrez cet argent et vous filez. Allez, au revoir jeune fille.
La plantant là, l’homme se dirige d’un pas pressé vers la sortie. Nacéra perplexe le suivra des yeux.
Au bout de quelques instants, elle décide de remonter dans sa chambre et d’attendre le coup de fil de Yacine. 
Il était déjà 20h. Si Yacine avait pris le vol de 16h30, il devrait être déjà à Paris.
Une heure plus tard, ce dernier la contacte et lui demande :
-Alors ma puce, mon ami t’a rendu visite ?
-Oui et je lui ai remis ton paquet. Seulement…
-Seulement ?
-Eh bien, tu veux que je te dise, il avait l’air vraiment bizarre.
Yacine se met à rire.
-Bizarre ? Pourquoi ?
-Eh bien, il avait l’air d’un homme qui n’avait pas toute sa raison. Il ne cessait de gesticuler et de parler à haute voix, tout en jetant des regards anxieux autour de lui.
Elle s’arrête de parler, mais comme Yacine ne disait rien, elle poursuit :
-Autre chose, cet énergumène a mis d’office une forte somme d’argent dans ma main et m’a demandé de l’accepter et de me taire. Il disait que c’était pour me remercier de ma peine. Je t’avoue que j’étais horrifiée !
Elle entendit Yacine rire au bout du fil.
-Ce n’est que ça, ma chérie ? J’ai cru qu’il t’avait plutôt agressée.
-C’était pratiquement le cas.
-Allons, ma puce ! Il est vrai que mon ami est un peu rustre, mais il est brave et généreux.
-Prends cet argent et paye-toi quelque chose, Nacéra, tu le mérites bien.
-Non, mais tu te rends compte, il y a au moins 20 000 DA !
-Et alors, où est le mal ?
-Je trouve aberrant et anormal qu’un homme dépense 20 000 DA pour une commission aussi simple. C’est de la pure folie.
-Tu as raison, ma chérie. Mais mon ami est un grand dépensier. Et cela ne m’étonne point d’ailleurs, il est riche aux as !
-Tout de même, Yacine !
-Pourquoi en fais-tu donc une histoire Nacéra ?
Comme elle ne répondait pas, il s’empresse de poursuivre : 
-Allez, dis-moi ce que tu veux que je te ramène de Paris, ma chérie. Tu sais que tu me manques déjà.
 

(À SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER