Scroll To Top
FLASH
  • Un observateur du candidat Abdelmadjid Tebboune est mort dans un bureau de vote à El Bayadh (source direction de campagne).
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

37e partie

L’ombre du passé

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Ils attendirent longtemps avant que le docteur ne sorte leur apprendre qu’il suspectait une méningite. Il leur dit de rentrer chez eux, ils ne pourraient pas voir Yazid car il était isolé dans un box. M’hand avait pris un coup de vieux…


Sa douleur apparente était égale à la sienne. 
Ils ne pouvaient pas se réconforter. 
Sa mère ne tarda pas à la rejoindre. 
Elle parla au Dr Bachir. Il répéta ce qu’il leur avait dit.
-ll est sous mes soins, dit-il. Je m’occupe de lui ! S’il y a quoi que ce soit, je vous appellerai, promit-il. Vous pouvez rentrer chez vous ! Il n’y a rien que vous puissiez faire pour l’instant !
-Oui, je comprends !
-D’ici quelques jours, il sera remis sur pied, inchallah, dit-il. Rentrez chez vous ! Je dois retourner à mes malades !
Dr Assia et Mounira le remercièrent avant de partir. Mounira laisse sa voiture dans le parking et rentre avec sa mère.                     
Zohra les accueille, l’air grave. Elle voulait des nouvelles de Yazid.
-Aucun changement, dit Mounira. On doit attendre que le traitement fasse son effet ! Je suis crevée, je vais aller dans ma chambre !
-Oui, va te reposer ! Je finis de préparer le dîner !
-Je n’ai envie de rien…
Mounira monte dans sa chambre et se jette en travers de son lit. Elle pleure longtemps. 
Elle s’endort. Ses angoisses la poursuivent jusque dans ces rêves. Elle se réveille en sueurs.
Elle décide de prendre une douche avant de descendre. 
Elle trouve sa mère en compagnie d’un homme.
-Ma fille, je te présente mon nouvel assistant ! Mounira, je te présente Dr Saïd, lui dit-elle alors qu’elle les regardait échanger une poignée de mains.
Il vient d’être affecté à Alger et n’a pas encore trouvé de location. Je lui ai proposé de l’héberger le temps qu’il résolve son problème ! Cela ne te gêne pas ?
-Tu fais ce que tu veux ! On est chez toi…
Zohra intervint. 
-La chambre est prête. Vous pouvez monter vos bagages, dit-elle au Dr Saïd. Si vous avez besoin de quoi que ce soit…
-Ce sera parfait, répond-il. Excusez-moi ! Je vais ranger mes affaires !    
Lorsqu’elles se retrouvent seules, Assia s’excuse.
-Avec l’hospitalisation de Yazid, j’ai complètement oublié de te parler de lui ! C’est un des meilleurs oncologues de sa 
génération !
-Vos malades auront beaucoup de chance… As-tu appelé l’hôpital pour avoir des nouvelles ?
-Oui, j’ai appelé deux fois. 
Pour l’instant, rien de nouveau, dit-elle avec un air de regret dans la voix. Mais ne t’inquiète pas, Yazid est un jeune battant ! Il ira mieux… 
-Inchallah ! 
Elle le souhaitait de tout cœur…


 (À SUIVRE)
T. M.

taosmhand@yahoo.com

Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER