Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

47e partie

Maya

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Au petit matin, Djamel retrouve sa femme dans leur chambre. Cette dernière tenait toujours à divorcer. Maya les rejoint. Le jeune homme se promet de ne jamais briser ce bonheur qu’il a eu du mal à construire. Samia est fin prête pour se rendre au boulot.

Djamel vient l’embrasser sur le front.
-Tu vas travailler ?
-Oui. Je crois que je me sentirais mieux en m’occupant. Je ne peux pas rester assise ici dans ce salon toute la journée à ruminer des idées noires.
-Mais c’est toi qui provoques toute cette détresse. Tu ne vois pas que tu exagères ! 
Samia prend son sac à main et y jette quelques affaires.
-Non, Djamel. Je ne provoque ni la détresse ni la déprime. Je tente de voir la réalité en face, et elle est bien amère.
-Non, ne dis pas ça. N’es-tu donc pas heureuse avec Maya et moi ?
Samia sent son cœur se serrer.
-Justement. C’est un peu ce bonheur qui me rend triste. Tu es un mari merveilleux, Djamel. Je t’ai aimé et je t’aime encore plus qu’avant.
-Chut ! N’ajoute rien. Va travailler. Je vais rentrer un peu plus tôt que d’habitude ce soir, et nous aurons le temps de discuter calmement ensemble. Peut-être irons-nous même dîner quelque part pour changer.
Samia hausse les épaules.
-Si tu veux.
-Mais bien sûr que je le veux, ma chérie. N’aimerais-tu donc pas passer une soirée en tête à tête avec ton mari ?
-Nous verrons ce soir. Maintenant, je dois filer, je suis déjà bien en retard.
Djamel se penche et lui chuchote à l’oreille.
-N’oublie surtout pas que je t’aime.
-Moi aussi Djamel. Moi aussi.
Sa gorge se noue, et elle s’empresse de quitter les lieux afin qu’il ne remarque pas les larmes qui brillaient dans ses yeux.
En fin de journée, la jeune femme rentre à la maison un peu plus calme. Elle joue un moment avec Maya, puis se rappelle la proposition de son mari. Va-t-elle accepter de dîner dehors pour se changer les idées ? Elle n’en avait pas vraiment envie. Et puis, il y avait Maya. Certes, la nourrice pourrait faire une exception et accepter de la garder jusqu’à leur retour, si elle lui en faisait la proposition. Cependant, elle marque un temps d’hésitation avant de se décider en fin de compte à préparer elle-même le dîner. Oui, elle va confectionner de succulents petits plats dont raffole son mari. 
 

(À SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER