Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

18e partie

Ramdaniet

© Dessin/Ali Kebir

LE PERSIL (2e partie et fin)
Résumé :
Ahmed, déphasé par ses longues veillées, ne se réveillera que vers 16h. Sa mère le sermonne, puis lui demande de se rendre au marché pour lui acheter un bouquet de persil. On était déjà en fin de journée et les vendeurs se hâtaient d’écouler leurs derniers produits.

Ahmed s’approche de l’un d’eux.
-Ch’hall el maadnous ?
Hada ou l’autre ?
-Pourquoi, c’est différent ?
-Oui, celui-là est plus frais
-Pour sûr, je préfère le frais. Combien ?
-Bon, écoute, comme tu arrives à l’heure de la clôture, je vais te faire un prix.
-Je veux bien.
-Combien tu veux… Un bouquet ou plus ?
-Un seul.
-Alors cela change tout. Je vous le cède à 60 DA.
-60 DA ! Mais tu n’y penses pas pour un malheureux bouquet de persil !
-C’est comme tu veux : eddi ouala khali.
-Comment ça eddi oualla khali ? 
-Hada houa el k’mach.
-Sale garnement, c’est un voyou comme toi qui va m’imposer sa loi ?
-Oh ! ne t’énerve pas khou, si le carême te rend si susceptible, va bouffer.
-C’est toi que je vais bouffer, s’écria Ahmed rouge de colère.
Il se jette sur le jeune vendeur, le soulève à pleins bras et le secoue brutalement.
-Lâche-moi. Lâche-moi. J’étouffe. Au secours...
Des gens accoururent et les séparèrent, Ahmed honteux de son geste baisse la tête et s’en alla honteux, tandis que les jeunes vendeurs, amis de la victime, lançaient des remarques peu amènes sur son passage.
-M’a tahchemch. Tu voulais te mesurer à un gamin.
-Ghalbek Ramdhane, wach bick.
-H’ssabet lek sayem ?
Ahmed retourne à la maison les mains vides et le cœur lourd. Il s’enferma dans sa chambre jusqu’à l’heure de la rupture. Une fois le ventre plein, et s’apprêtant à quitter la maison pour une autre longue veillée, il se retourne vers sa mère pour lancer :
-Hé laâdjouz, je n’ai pas oublié le persil, demain je t’en ramènerais un grand bouquet.
- Oui, je sais mon fils, un bouquet aussi grand que celui que tu m’as ramené aujourd’hui, répondit la vieille ironiquement.
 

Y. H. 
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER