Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Le budget de l’État dans une zone de turbulences

Comment financer le déficit budgétaire en 2017 ?

Le ministre des Finances a confirmé, très officiellement, voilà quelques jours, devant les députés, que les avoirs du Fonds de régulation des recettes (FRR) ont atteint leur plancher légal et “s’établissent actuellement à 740 milliards de dinars”. Ce qui signifie que le Trésor public ne peut plus légalement utiliser ce reliquat de ressources en 2016. La Banque d’Algérie avait indiqué, en juillet dernier, que le FRR contenait encore des réserves très conséquentes, de l’ordre de 2 150 milliards de dinars, à fin 2015. Ce sont ces réserves qui auront, pour l’essentiel, permis au budget de l’État de passer sans trop de difficultés le cap d’une année 2016 très éprouvante du point de vue des recettes de la fiscalité pétrolière. On peut même désormais donner le chiffre exact des prélèvements effectués sur le FRR en 2016 ; ils ont été de 1 410 milliards de dinars. Le complément de recettes nécessaire pour boucler l’année en cours sera, pour l’essentiel, fourni par le produit de l’emprunt obligataire d’État, dont on ne connaît pas encore le montant exact, mais dont le ministre des Finances avait promis la publication des résultats en octobre….

En 2017, encore le FRR…
Contrairement à beaucoup de pronostics formulés au cours des derniers mois, le FRR ne sera cependant pas complètement épuisé à fin 2016. Il jouera même encore un rôle essentiel dans le financement du déficit du budget de l’État en 2017. Moyennant un aménagement législatif contenu dans le projet de loi de finances pour 2017 qui supprimera tout “niveau plancher”, il sera encore sollicité en 2017 au minimum à hauteur de 740 milliards de dinars et “vidé” définitivement l’année prochaine pour combler le déficit budgétaire, comme l’a déclaré explicitement M. Baba Ammi. “Nous allons continuer à financer le déficit en puisant dans le FRR. L’année prochaine, nous allons puiser les 740 mds de dinars qui restent dans ce fonds”, précise le ministre qui dit, cependant, s’attendre, au cours des prochaines années, à une hausse des recettes budgétaires qui vont permettre de suppléer progressivement les ressources puisées jusque-là dans le FRR.

H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER