Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

réactions des experts : Chemseddine Chitour, spécialiste en énergie

“Il y a un manque de vision”

Le programme des énergies renouvelables a échoué parce que la dynamique de mise en œuvre est très lente. Ce qui manque à ce plan, c’est une vision d’ensemble, c'est-à-dire aller dans le sens d’une transition énergétique vers le développement humain durable, un bouquet énergétique incluant gaz de schiste, énergies renouvelables …Il convient d’aller également vers l’économie d’énergie. Le gain en économie d’énergie, c’est 10 millions de tonnes équivalent pétrole ( TEP). L’Algérie gaspille annuellement 10 millions de tonnes équivalent pétrole par an.Il n’a ya pas véritablement de rationalisation de la consommation d’énergie. Avec 13% de croissance annuel de la demande d’électricité, le développement de la capacité de production de Sonelgaz pour faire aux besoins n’est plus soutenable. Il faut aller vers la maîtrise de la consommation d’énergie.
Concernant la problématique des prix de l’énergie, l’électricité représente 40% , les carburants 40% et 20% va vers l’agriculture et l’industrie. L’industrie ne représente que 5% du PIB. On n’a pas de développement industriel. L’Algérien de 2016 ne fait que consommer. Les voitures importées sont énergivores. Elles consomment 20% de carburant de plus pour le même kilomètre. Pourquoi ne généralise pas t-on le Sirghaz ( (le GPL carburant). Au lieu d’équiper en kits GPL 40 000 véhicules, pourquoi ne pas avoir l’ambition d’équiper 100 000 véhicules en kits GPL par an ? Encore une fois, il n’ ya pas une vision d’ensemble. Je forme le vœu qu’il y ait une vision d’ensemble dans le secteur de l’énergie. La vérité des prix de l’énergie est obligatoire. Il faut l’expliquer à la population. La dernière augmentation des prix des carburants n’a pas eu d’effet. La consommation des carburants n’a pas fléchi. Ce qui veut dire qu’une grande partie des automobilistes ne sont pas concernés par cette augmentation des prix des carburants (ces derniers pouvant se permettre des prix des carburants plus chers). Il convient de transformer l’aide ou la subvention vers ceux qui en ont plus besoin (augmentation des prix ciblée). Mais la question de la rationalisation de la consommation énergétique ne concerne pas uniquement le secteur de l’énergie. Elle concerne tous les secteurs. Chacun a sa part de responsabilité. Il n’ ya pas véritablement de visibilité sur l’avenir du secteur.
Concernant le développement des énergies renouvelables, pourquoi ne nous associons pas avec les grands leaders du domaine, la Chine et l’Allemagne. On une capacité de 400 MW en énergies renouvelables (ENR), un objectif de 22 000MW en ENR en 2030. Au rythme actuel de développement des ENR, on atteindra cet objectif dans 50 ans. Il convient de créer un institut de développement des ENR, associer le privé en lui garantissant sur 10 ans les prix du kw/heure. Nous avons des relations politiques avec la Chine. Nous l’exploitons pas suffisamment. Le Maroc récemment a signé 15 accords avec la Chine dont 1 sur les énergies renouvelables. Nous ne faisons pas cela. Nous avons aussi la possibilité d’avoir des aides financières de la Banque africaine de dévelopement, l’Algérie étant un gros contributeur. On peut utiliser les financements de la Cop 21. ( …) Il faut qu’il y ait des ambitions. Ce qui est fait est insuffisant. On peut faire mieux avec moins d’argent. 2030 c’est déjà demain. Il faut dire la vérité à la population. Au Maroc, le litre de carburant est à 80 dinars, en Algérie près de trois fois moins. On comprend pourquoi les carburants algériens vont vers le Maroc et la Tunisie. Il faut faire de la pédagogie. C’est le rôle du ministère de l’Information (…).

K. R.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER