Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Près de 8 milliards de dollars de prestations annuelles

Le financement sur la corde raide

La viabilité financière du système de retraite algérien, bien qu’elle soit encore assurée aujourd’hui de façon conjoncturelle, est clairement menacée à terme par de profonds déséquilibres structurels qui trouvent leur origine dans le fait que les ressources de la CNR ne se développent pas de façon proportionnelle à l’activité économique, principalement en raison du poids croissant de l’activité informelle. En substance, face à la croissance rapide des prestations les cotisations ne rentrent pas suffisamment.

Le nombre des retraités en croissance rapide
Fin 2015, le système national de retraites concernait 2,773 millions de retraités. Parmi ces derniers 2,5 millions bénéficient d’une pension tandis qu’environ 250 000 perçoivent seulement une allocation de retraite d’un montant beaucoup plus modeste.
Les pensions directes concernent 1,5 million de retraités tandis que 650 000 touchent des pensions de reversion.
L’évolution rapide du nombre de retraités est une caractéristique majeure des dernières années. Ils étaient seulement un peu plus de 1, 2 million en 2000. Leur effectif s’accroit actuellement au rythme de près de 150 000 nouveaux retraités chaque année (soit environ 7 % par an).

Des prestations supérieures à 8 milliards de dollars par an
Suivant des chiffres confirmés récemment par le directeur de cette caisse, la CNR verse mensuellement plus de 70 milliards de dinars de pensions soit près de 850 milliards de dinars par an (environ 8 milliards de dollars). Ces versements ont également été en très forte croissance au cours de la décennie écoulée puisque qu’ils étaient seulement de 200 milliards de dinars en 2005 et d’environ 400 milliards de dinars en 2010.
Les équilibres financiers de la CNR ont connu une première alerte en 2006 et en 2007 avec l’apparition au cours de ces deux années des premiers déficits de son histoire ; Ces derniers ont été rapidement éliminés grâce à l’augmentation du taux des cotisations porté à cette occasion de 16 à 17 %.


H. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER