Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Front social

Les syndicats autonomes montent au créneau

La décision prise par la dernière tripartite de rétablir l’âge de la retraite à 60 ans et la suppression de la retraite anticipée n’a pas fini d’enflammer le front social et de mobiliser les syndicats autonomes.

Lors de la clôture de cette tripartite, le Premier ministre a annoncé un nouveau projet de loi qui modifie l’ordonnance 97-13 instituant le départ à la retraite sans conditions d’âge. Le gouvernement, l’UGTA et le patronat justifient cette décision par la précarité des équilibres financiers de la Caisse nationale des retraites et la situation économique difficile que traverse le pays. S’agissant de la retraite anticipée, les pouvoirs publics mettent en avant la conjoncture particulière des années 90 lorsque le FMI nous avait imposé le programme d’ajustement structurel qui s’était traduit par la fermeture de centaines d’entreprises publiques ainsi que la mise en retraite anticipée et le licenciement de milliers de travailleurs.
Pour sa part, l’UGTA, à travers Mohamed Lakhder Badredine, conseiller aux affaires économiques et sociales du secrétaire général de la centrale syndicale, dans une déclaration à l’APS, estime que “nous sommes de ceux qui ont toujours considéré que l’ordonnance 87-13 instituant le départ à la retraite sans limite d’âge a été un acquis pour les travailleurs, mais aujourd’hui, elle est devenue un risque pour l’avenir de la CNR notamment en ce qui concerne son équilibre financier”. Ses propos ont été confortés par certains experts dont notamment le président de l’Association nationale des économistes algériens, et professeur universitaire qui considère “l'institution du système de départ à la retraite sans condition d'âge ou ce qui est communément appelé comme retraite anticipée, empêchera plusieurs travailleurs et employés de ‘fuir’ leurs postes de travail pour aller exercer ailleurs en bénéficiant en même temps d'une retraite anticipée”.
Kamel Resig et Walid Merouani, tous deux économistes chercheurs universitaires, abondent dans le même sens. À l’évidence cette décision n’emporte pas l’adhésion de tous les syndicalistes. Au demeurant certaines fédérations de l’UGTA ont marqué leur désapprobation avec la démarche de leur centrale. Les syndicats autonomes de plusieurs secteurs d’activité, gros employeurs, sont montés au créneau de leur côté, et envisagent de saisir le président de la République et d’entreprendre des actions de protestation dès la rentrée sociale prochaine. Ils estiment que si cette décision est maintenue par l’Exécutif, cela signifierait qu’il franchit la ligne rouge en portant atteinte aux acquis sociaux des travailleurs. Les pouvoirs publics ayant mesuré l’amplitude des mécontentements générés par une telle mesure, semblent nuancer leur discours en invoquant la pénibilité de certains métiers qui permuterait le départ à la retraite de leurs travailleurs avant l’âge de 60 ans.
S’il est vrai que la CNR est confrontée à de sérieux problèmes financiers, il est vrai aussi qu’elle détient d’importantes créances auprès des institutions publiques, des entreprises publiques et des dizaines, voire des centaines d’entreprise privées. Par ailleurs, le président de la République avait annoncé qu’une partie de la fiscalité pétrolière devra être destinée à la caisse de retraite pour assurer sa pérennité. Qu’est-il advenu de cette annonce ? C’est une question de communication des gouvernants qui, transparente et maîtrisée, contribuera à lever les équivoques et apaisera éventuellement le front social.


A. H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER