Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Souhil Meddah, spécialiste des questions financières

“Leur gestion est opaque”

© D.R.

La Banque d’Algérie ne communique pas suffisamment sur l’utilisation des réserves de change.

La Banque centrale n’évoque pas toutes les monnaies de placement qu’elle a choisies, pas plus qu’elle ne donne de détails sur les décomptes réalisés dans chaque monnaie de placement. Souhil Meddah est expert en finance. Il estime, dans une déclaration qu’il nous a faite, que la Banque centrale aurait dû communiquer afin de ne pas laisser la porte ouverte à toutes les interprétations, a fortiori quand il s’agit de réserves de change. La banque des banques élabore annuellement, et de manière mécanique, un rapport sur la politique monétaire du pays intégrant évidemment les réserves de change. Le document n’est cependant pas suffisamment fouillé pour permettre à l’institution monétaire d’imprimer de la transparence à la gestion des avoirs en devises. Tel est le côté négatif qu’il convient de déplorer, fait-il remarquer. Souhil Meddah souligne par ailleurs que les placements effectués par la Banque d’Algérie l’ont été globalement dans des monnaies connues : dollar, euro, livre sterling, yen… Seulement, les fluctuations de la valeur des monnaies fait perdre de l’argent à la Banque centrale. Une fatalité ? Pas tout à fait !
Autant la variation sur certaines monnaies (euro et dollar) semble minime, autant elle doit être prise au sérieux dans le reste des monnaies de placement. Et là, la Banque d’Algérie aura failli à son objectif d’anticipation parce qu’elle n’aura pas vu venir le “Brexit”, a laissé entendre l’expert. Le Brexit est une abréviation de British exit, évoquant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, et faisant référence au “Grexit”, néologisme apparu durant l’été 2015 lors de la crise grecque. D’ailleurs, certains analystes affirment que les placements dans la livre sterling aura fait perdre à la Banque d’Algérie 4,3 milliards de dollars. Mais comment cela peut-il être démontré ? Souhil Meddah déclare ne pas avoir connaissance d’un élément qui confirme cette hypothèse. Mais, ajoute-t-il, il est possible que la Banque centrale n’ait pas anticipé l’impact du Brexit sur ces placements dans la monnaie britannique.
Quant aux placements à l’extérieur, Meddah rappelle les 960 millions de dollars (600 millions de dollars : chiffres de la FED)  placés en bons de trésor américains. Le montant n’est pas énorme. Cela n’est pas réellement rentable, et à plus forte raison encore lorsque les taux de la FED sont bas, observe-t-il.
Les bons du Trésor sont des titres obligataires (c’est-à-dire des titres d’emprunts) émis par l’État, par l’intermédiaire du Trésor public, d’où leur appellation bons du Trésor. L’Algérie peut disposer librement de ces placements.    
Quels sont les risques associés à un placement aujourd’hui ? Pour l’expert, le risque est gros dans l’effondrement d’une économie dont la monnaie sert de placement d’argent en devise. Aujourd’hui, dit-il, certains évoquent une éventuelle crise qui pourrait se produire en Chine.
Dans ce pays, ajoute-t-il, la politique de crédit et de croissance artificielle a fait que la dette cumulée (ménage, entreprise, État) se chiffre à 22 000 milliards de dollars.
Si ce type de crise survient, cela aura des effets sur les placements faits dans la monnaie chinoise. C’est pourquoi, poursuit-il, certains pays, dont l’Algérie, préfèrent les bons du Trésor cités plus haut aux autres placements.  


Y. S.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Brahms le 15/04/2017 à 18h52

Il faut mettre son argent dans son pays, dans sa Banque d'Algérie pour renforcer le dinar algérien. Il faut acheter des stocks d'or 10 tonnes par an au minimum en lingot - barre de 12,5 kilos au lieu d'acheter des voitures. Il faut construire un système financier en Algérie au lieu de dilapider les deniers dans des réunions, conférences, débats qui ne servent à rien, à inviter des délégations entières de pays étrangers à parler alors que beaucoup d'algériens sont dans la misère totale.

Commentaires
1 réactions