Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

Les relations avec l’UE dans le domaine gazier

L’UE veut-elle réellement investir dans l’amont gazier algérien ?

Le gaz algérien n’est-il plus assez attractif ? La question se pose au regard de la réticence de l’Europe à y  faire recours. Principaux importateurs de ce gaz, les pays européens auraient considérablement réduit leur demande vis-à-vis de cette ressource, nous apprenait Reuters en 2013.

Il s’agit là de la commercialisation de notre gaz, qui, bien que compétitif, se heurte à des obstacles multiples. Outre la concurrence russe à travers Gazprom, des considérations politiques ont leur part (Sahara  occidental, compte tenu des relations étroites franco marocaines….). par ailleurs, les Européens revendiquent une baisse des tarifs, ce que l’Algérie n’est pas  prête à concéder. Pour ce qui est de l’investissement en amont,  les Européens semblent réceptifs.
Ainsi, l'amont gazier algérien et les énergies renouvelables sont les deux principaux thèmes retenus pour le premier Forum d'affaires algéro-européen consacré à l'énergie du 24 mai  à Alger, ont annoncé jeudi les initiateurs de cet événement.
Selon l’APS, ce forum  organisé conjointement par le ministère de l'Énergie et la Commission européenne  est axé autour de l'amélioration de l'attractivité du domaine minier algérien, notamment le volet lié à l'amont gazier, et du programme algérien des énergies renouvelables et d'efficacité énergétique, a indiqué le directeur général des hydrocarbures auprès de ministère de l'Énergie, Mustapha Hanifi qui a souligné que cet évènement s'inscrivait dans le cadre du mémorandum d'entente sur l'établissement d'un partenariat stratégique dans le domaine de l'énergie entre l'Algérie et l'UE, conclu en juillet 2013 à Alger. Plus de 200 participants, dont près de 120 européens, étaient attendus à ce forum auquel assistent également le Premier ministre, Abelmelek Sellal et le Commissaire européen à l'Énergie et au Climat, Miguel Arias Canete. M. Hanifi a mis l'accent sur l'importance d'associer le secteur privé et le monde de la recherche d'une façon “active et effective” pour contribuer au renforcement de la coopération énergétique algéro-européenne.
Ce dernier a précisé que près de 70% des exportations gazières algériennes sont destinées à l'Europe, alors qu'un tiers des compagnies étrangères opérent dans l'amont gazier de l'UE. L'Algérie “veut jouer pleinement son rôle dans un partenariat énergétique équilibré avec l'UE”, a ajouté M. Mokrani,  responsable au ministère de l’Énergie soulignant que “le secteur de l'énergie est aussi vital pour l'Algérie que pour l'Europe”.  
S’agissant de l’ouverture du secteur des hydrocarbures à l’investissement privé, il ya lieu de se poser la question, sachant que toute activité dans ce secteur suppose une  composition organique du capital très lourde.
Le programme de développement du secteur de l'énergie prévu pour l’exercice du quinquennat 2015-2019, nécessitera  la mobilisation d’environ 100 milliards de dollars et englobera tous les segments énergétiques.

A. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER