FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Dossier economique

  • Par Remouche Khaled 25/02/2016 | 10:00
    Nouvelle tendance sur le marché parallèle Des billets de 2000 DA échangés contre 3500 DA !

    Les barons de l’informel, notamment à Maghnia, veulent à n’importe quel prix échanger d’énormes sommes d’argent en dinars contre des euros. Cette forte demande sur l’euro explique la flambée de la monnaie européenne sur le marché parallèle

  • Par Smati Saïd 25/02/2016 | 10:00
    Dévaluation du dinar Un impact négatif sur les entreprises

    Alors même que les activités de production et d’investissement sont censées tenir lieu de seule perspective de sortie de crise, celles-ci se voient plombés par la chute libre que subit la valeur du dinar, compromettant sérieusement

  • Par Remouche Khaled 25/02/2016 | 10:00
    Mohammed Kessel, spécialiste financier “Il faut dévaluer le dinar de 20 à 25%”

    Cette chute de la valeur de la monnaie nationale sera la conséquence des mauvais résultats du commerce extérieur, soutient l’expert.

  • Par Haddouche Hassan 25/02/2016 | 10:00
    Les entreprises face à la dévaluation du dinar : Augmentation des prix et compression des coûts

    En janvier dernier, le gouverneur de la Banque d’Algérie soulignait que “l’impact du choc externe de grande ampleur sur les fondamentaux a induit une dépréciation de 19,5%

  • Par A.Hamma 25/02/2016 | 10:00
    La politique de change et la dévaluation du dinar Opportunités ratées

    À 19,80 DA contre un euro au change parallèle, le dinar continue sa chute inexorable. Officiellement, il a perdu 30% de sa valeur. La valeur d’une monnaie reflète l’état de l’économie.

  • Par Remouche Khaled 18/02/2016 | 10:00
    ANNIVERSAIRE DE LA NATIONALISATION DES HYDROCARBURES Sonatrach à rude épreuve

    L’état du secteur quarante-cinq ans après la nationalisation des hydrocarbures s’avère inquiétant. Si l’Algérie est parvenue à récupérer ses richesses et à maximiser ses revenus financiers tirés des exportations de gaz et de pétrole(...)

  • Par Rédaction nationale 18/02/2016 | 10:00
    Quarante-cinq ans après la nationalisation des hydrocarbures Sonatrach face à un déficit de confiance

    Son image écornée par les scandales, Sonatrach doit impérativement recouvrer la confiance et muscler son management.

  • Par Rédaction nationale 18/02/2016 | 10:00
    Mourad Preure “Régénérer la symbolique novembriste et renforcer Sonatrach”

    Je pense que pour ce qui nous concerne, il nous faut garder notre sang-froid, diversifier notre économie et nous préparer à l’après-crise.

  • Par Rédaction nationale 18/02/2016 | 10:00
    Abdelmadjid Attar, expert international en énergie et ancien PDG de Sonatrach “Viser la sécurité énergétique du pays”

    L'esprit ou plutôt l'objectif visé en 1971 était d'abord l'exercice de la souveraineté de l'État sur les richesses de son sous-sol, surtout quand ces richesses sont uniques et vitales à l'économie du pays.

  • Par Rédaction nationale 18/02/2016 | 10:00
    Nazim Zouiouèche, ancien PDG de Sonatrach “Le 24 Février, la seconde naissance de Sonatrach”

    Sonatrach a été créée le 31 décembre 1963. Le 24 février 1971, date de la nationalisation des hydrocarbures, c’est la seconde naissance de Sonatrach. Avec le départ des Français, on s’attendait à un échec.