Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Dossier economique

FACE À LA DÉVALUATION IMPORTANTE DE LA MONNAIE NATIONALE

Pourquoi il faut créer un nouveau dinar

©Liberté

Un signe monétaire sans valeur marchande !

Le dinar a connu ces dernières années une chute de valeur très importante. Au point qu’aujourd’hui la pièce de 1 dinar n’a souvent aucune valeur marchande dans nos marchés. En d’autres termes, le dinar est devenu un signe monétaire qui n’a quasiment aucune valeur d’échange sur le marché intérieur. En clair, on ne peut échanger aucun produit contre une telle monnaie. Autre réalité de cette forte baisse : la quasi-disparition des pièces de monnaie de 1 et  2 dinars chez les ménages et les commerçants. Les pièces qui circulent à large échelle sont celles de 5, 100 et 200 dinars. Devant ce phénomène de rareté de la monnaie divisionnaire et qui donne une mauvaise image d’un moyen d’expression de la souveraineté du pays, on  enregistre aucune réaction du gouvernement ni de la Banque d’Algérie, appelée aussi institut d’émission, parce qu’elle a pour mission d’imprimer les billets de banque, de frapper les pièces de monnaie, en gros d’alimenter les banques en billets et pièces.
En conséquence de ce phénomène, l’augmentation de 2% de TVA a eu pour résultat une hausse des prix plus importante, au détriment du pouvoir d’achat de la population. Imaginez un paquet de pâtes cédé à 50 dinars en 2016.  Avec l’augmentation de la TVA, il doit être vendu à 51 dinars à partir de janvier 2017. En l’absence de pièces de 1 et de 2 dinars, le commerçant arrondit : il vend le produit 55 dinars et non 51 dinars soit une hausse de 10% et non de 2%. Cette situation, il convient de la généraliser à un nombre important de produits et de services touchés par la hausse de la TVA. Ni le ministre du Commerce, ni le ministre des Finances, ni le gouverneur de la Banque d’Algérie n’ont relevé cette atteinte au pouvoir d’achat de la majorité de la population, encore moins envisagé des solutions à ce phénomène.
Faut-il réévaluer le dinar pour régler ce problème ? Pour plusieurs spécialistes financiers, cette solution présente des inconvénients. Elle est un “bonus” pour les importateurs et un “malus” pour les exportateurs. En l’absence de productivité et de solidité de l’économie, ce remède est inflationniste, car il dope la consommation sans augmentation de l’offre locale de produits et services.
La meilleure solution serait de créer un nouveau dinar, beaucoup plus fort que l’actuel. Par la création de cette nouvelle monnaie, le gouvernement pourrait drainer l’énorme masse d’argent de l’informel et du coup faire face au manque de ressources financières nées de la chute des prix du pétrole.

K. R.

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
no passaran le 29/01/2017 à 10h47

Travailler, produire, travailler produire,voilà la solution. Arrêtons de nous voiler la face. on a déjà les charlatans des médicaments, ça suffit avec les charlatans en économie, le problème est POLITIQUE. L'opposition est incapable d'exploiter ce déficit politique. ce n'est pas en psalmodiant des slogans que l'on aidera le pays et le peuple à sortir du piège fait de notre propre main. Commençons par ne pas faire 6/7 enfants qui vont se retrouver dans la rue....

Commentaires
1 réactions