Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Dossier

À la Casbah de mon enfance

À la Casbah de mon enfance, je me rappelle des injonctions éducatives ou lorsque les femmes se mettent au service de l’ordre patriarcal…
Je me souviens d’une dame âgée, grand-mère, qui nous visitait régulièrement. Elle nous recommandait à chaque fois de prendre bien soin de notre dernier-né, le premier garçon après une longue lignée de filles. Elle s’adressait particulièrement à la plus jeune d’entre nous et avait ainsi préparé l’arrivée du mâle dans la fratrie. Elle avait un ton doucereux et son air béat me glace encore. J’appris le sort de sa fille. L’adolescente de 14 ans avait été abusée par le frère aîné, dans une demeure familiale surpeuplée et vibrante de tous les bruits et les cris des femmes et des enfants. Qui décida de l’éliminer ? On dit que la mère, cette vieille dame de mon enfance, au doux sourire, lui avait coulé du mercure dans l’oreille. La fille mourut et le crime fut enterré avec elle. Le frère, quelques années plus tard, se maria et eut beaucoup d’enfants.
Le mercure du thermomètre pour l’adolescente que j’étais garda longtemps un aspect maléfique, dangereux, mais familier et accessible puisqu’il trônait au milieu de la corbeille de médicaments dans le placard. La mort était dans le placard ! Je ne sais même pas s’il est effectivement possible d’attenter à la vie de cette manière, mais longtemps, avant de m’endormir, je voyais cette femme se glisser furtivement près de la couche de sa fille endormie et lui couler le vif-argent dans l’oreille. Voilà comment se transmet l’éducation aux relations hommes-femmes, par la terreur.
N’est-ce pas le plus grand drame pour une femme que de punir une autre femme, victime, pour toujours protéger l’homme de la famille, quel que soit son crime ?


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER