Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Dossier

Le groupe des 92 députés se concerte

“Le rejet de ce projet est déjà acquis”

Le groupe des 92 députés qui s’est opposé à la loi de finances et qui a saisi le chef de l’État sur “la dangerosité” de valider le texte en question, réfléchit à l’attitude qu’il observera au moment de la conférence parlementaire devant voter le projet de révision de la Constitution. “Le rejet de ce projet de loi est déjà acquis et constitue un principe”, affirme une  source proche du groupe, ajoutant que “rien n’est  décidé pour le moment mais aucune action n’est exclue également”. La même source a ajouté que des contacts sont d’ores et déjà pris pour décider d’un cadre de concertation, lequel décidera de l’action à mener. Une autre source au sein de l’opposition parlementaire a, quant à elle, affirmé que la mouture de l’avant-projet “est rejetée” par la totalité des députés qui se sont opposés à la loi de finances.
Pour notre source, il faudrait capitaliser “cette opposition” exprimée contre la LF 2016 pour l’orienter vers le rejet de la nouvelle Constitution, même si elle reconnaît que pour le moment, rien n’est encore décidé. “Nous allons engager des concertations avec tous les partenaires pour nous entendre sur la manière avec laquelle nous allons agir si le projet est soumis à l’approbation des deux chambres réunies”, a-t-elle confirmé, faisant savoir que l’action commune à engager d’un commun accord serait, soit le boycott de la séance du vote, soit chahuter le déroulement, soit voter tout simplement contre le projet. Les deux sources ont exprimé “un rejet en bloc” du texte proposé par le chef de l’État.  

Mohamed Mouloudj

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER