Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

FOOT / Dossiers sportifs

Deux grosses erreurs de casting

Alcaraz et Leekens, les bides !

Incontestablement, les deux entraîneurs Georges Leekens et Lucas Alcaraz ont été les flops de la saison 2017. Leur passage éclair chez les Verts a marqué les esprits en raison des mauvais résultats de l’équipe nationale. À commencer par le Belge, actuellement sélectionneur de la Hongrie. Arrivé l’hiver dernier en remplacement de Milovan Rajevac, l’ex-driver des Diables Rouges caressait le rêve de conquérir l’Afrique avec comme objectif le trophée continental, sans parler de son souhait de propulser l’EN à sa troisième Coupe du monde d’affilée. Résultat des courses : Leekens n’a pas réussi de ramener un résultat positif du Nigeria dans le cadre des éliminatoires de la Coupe du monde avec cette cuisante défaite qui a éloigné les coéquipiers de Mahrez de la qualification au tournoi mondial. Pis encore, l’EN version Leekens a chuté lourdement au Gabon lors de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations avec une élimination précoce au premier tour. Et cet échec a précipité son départ, lui qui a démissionné au lendemain du nul face au Sénégal après même pas 3 mois à la tête du staff technique. Son successeur n’a pas fait mieux. Choisi par le nouveau patron de la FAF, Kheireddine Zetchi, l’Espagnol n’est resté que 7 mois à la tête de l’EN, et ce, en raison d’un bilan des plus négatifs avec 3 défaites en 3 matches de qualification au Mondial – deux victoires étriquées (en amical contre la Guinée et contre le Togo dans les éliminatoires pour la CAN-2019) – qui n'ont pas arrangé la popularité du sélectionneur espagnol. Ce dernier ne faisait pas l’unanimité auprès des puristes algériens, et son limogeage n’était qu’une suite logique par rapport à ses objectifs ratés. Toujours est-il qu’outre les mauvais résultats et l’incapacité de former un bon groupe, l’Algérie a perdu énormément sur le plan financier, sachant que le limogeage d’Alcaraz et de ses adjoints a coûté cher à la trésorerie de la Fédération algérienne de football.
D’ailleurs, n’ayant pas d’autre alternative, la FAF était dans l’obligation de l’indemniser au risque de s’attirer les foudres de la FIFA. Même si officiellement aucun chiffre n’a été avancé, le montant global de l’indemnisation tourne autour de 23 milliards de centimes !

N. T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER