Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

FOOT / Dossiers sportifs

USMA

Belaïli c’est bien, mais un centre de préparation c’est mieux !

L’USM Alger fait partie des rares clubs algériens à disposer du nerf de la guerre en cette période de vaches maigres. La direction du club algérois a récemment formulé une offre d’un million d’euros à Angers, propriétaire de l’attaquant algérien Youcef Belaïli. Une information du reste confirmée par la direction du club, par le biais de son président Haddad. “Nous avons fait une offre d’un million d’euros à Angers pour avoir Belaïli. Nous avons eu l’accord d’un sponsor pour réaliser cette transaction. Pour nous, Belaili aurait été un investissement sûr sachant que nous aurions pu obtenir 2 millions d’euros après. Aussi je tiens à souligner que l’USMA a reçu également une offre d’un million d’euros de la part d’un club du Golfe pour s’attacher les services de l’un de nos joueurs”,  a déclaré le premier responsable algérois lors d’une intervention sur une chaîne TV privée. Il est clair que la démarche de l’USMA est des plus courageuses sachant qu’aucune formation en Algérie n’est en mesure de s’aligner sur l’offre usmiste. Même l’Espérance de Tunis, nouveau club propriétaire de Belaïli, n’aurait pas pu concurrencer l’USMA pour s’offrir Belaïli (le montant du transfert accordé à l’EST est de 350 000 euros). C’est dire que la formation de Soustara dispose de moyens financiers énormes. Mais en matière d’opportunités d’investissement et de gestion des ressources financières, ne serait-il pas préférable pour un club de la trempe de l’USMA d’investir le million d’euros (environ 15 milliards de centimes) dans la construction d’un centre de préparation ou bien de formation ? Ne serait-il pas préférable de mettre un peu d’argent pour convaincre certains éléments en fin de contrat à l’image de Darfalou de prolonger leur contrat ? En effet, disposant d’un terrain de quatre hectares accordé par l’État dans le cadre du professionnalisme, la direction du club devait construire un centre de préparation avec deux terrains d’entraînement en gazon naturel et en synthétique. Il était même question de construire des structures administratives pouvant prendre en charge les besoins de l’équipe, un centre d’hébergement et de restauration.
Mais ce projet pourtant annoncé en grande pompe en 2011 n’a jamais vu le jour. Pis encore, des travaux devraient être engagés l’été dernier au stade Omar-Hamadi avec l’installation de nouveaux sièges au niveau de toutes les tribunes de l’enceinte sportive. Dans le souci d’offrir plus de commodités, la direction a promis d’installer les sièges et une buvette ainsi que d’autres aménagements à l’instar de l’installation de nouvelles toitures englobant
l’ensemble de l’enceinte y compris le virage.

Le milliard de Kenniche fait exploser le groupe  
Encore une fois, ce projet est toujours en veilleuse. C’est dire que les priorités actuelles du club algérois se limitent seulement à de simples transferts de joueurs sans se soucier de l’outil de travail. Par ailleurs, les années passent et se ressemblent pour une équipe algéroise n’arrivant guère à s’imposer dans les compétitions nationales. L’élimination des Rouge et Noir dans l’épreuve populaire a été mal perçue par les fans qui ne comprennent guère la réaction de leurs joueurs lors de ce rendez-vous. Mais il s’avère que des problèmes internes d’ordre financier beaucoup plus se sont répercutés sur le rendement de certains joueurs. Ces derniers ont appris que la nouvelle recrue Kenniche, qui ne sera utilisé que l’année prochaine, a perçu une avance avoisinant le milliard de centimes alors que certains d’entre eux réclament plus de sept mois de salaire, à l’image de Sayoud ou encore Beldjilali. Celui-ci aurait d’ailleurs piqué une colère noire à l’encontre de ses dirigeants justement pour régler sa situation financière d’où sa non-convocation face à la JS Saoura. En tout cas, cette histoire pécuniaire risque de porter préjudice aux résultats de l’équipe sachant qu’il ne reste que la Coupe de la CAF comme objectif même si les chances de jouer le titre restnte intactes.


N. T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER