Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Il aura à tracer toute une politique technique pour l’ensemble du football national

Ce qui attend Saâdane en tant que DTN

© D.R.

Celui que les Algériens appellent affectueusement “le Cheikh’’ est désormais de retour. Non pas pour driver une sixième fois la sélection nationale après ses cinq passages fort remarqués (1981-1982, 1984-1986, 1999, 2003-2004 et 2007-2010), mais plutôt pour tracer, en tant que nouveau DTN, une nouvelle politique d’avenir au football national. Ce n’est certainement pas l’expérience du terrain qui manquera donc à Rabah Saâdane qui, du haut de ses 72 ans, en a déjà passé la moitié sur un banc de touche. Grand artisan du retour des Fennecs sur la scène planétaire à la faveur de l’inimitable épopée de 2010 qui le vit participer à sa quatrième Coupe du monde après celles de 1982 en Espagne et de 1986 au Mexique, en plus de l’édition junior au Japon en 1979, Saâdane cumule en parallèle une tout aussi riche carrière en club avec de retentissants succès comme celui en Coupe d’Afrique des clubs champions à la tête du Raja de Casablanca en 1989 ainsi que celui de 2007 en Champion’s League arabe au gouvernail de l’Entente de Sétif. Connaissant, de fait, parfaitement les rouages du football national, aussi bien dans les sombres dédales des clubs que dans les chic hautes sphères de la sélection, celui qui a quitté les terrains voilà trois ans semble, à ce sujet, bien armé pour mener à bien sa mission ou, tout au moins, tracer les grandes lignes et les contours de ce qui est attendu comme le renouveau du sport-roi algérien.  Désormais directeur technique national, poste névralgique qu’il a déjà occupé au début des années 2000 sous le règne de Mohamed Raouraoua, Rabah Saâdane devra ainsi définir toute une politique technique, dans ses moindres détails empiriques pour l’ensemble du football algérien avant de veiller à ce qu’elle soit mise en place et animée de la plus efficace des façons par les entraîneurs nationaux à propos de la désignation desquels il devra avoir un droit de regard, tout comme il aura à choisir lui-même ses relais sous la forme de cadres techniques régionaux. Rabah Saâdane chapeautera, par conséquent, tout ce qui concernera l’aspect technique du sport-roi national, et cela dans ses trois registres principaux, à savoir le football d’élite, le football de masse et la formation des éducateurs. Il aura aussi à charge de proposer une véritable politique de prise en charge des jeunes catégories à même de les faire progresser et de leur permettre d'accéder aux pratiques de haut niveau des structures adaptées à leur âge et à leur potentiel. Saâdane devra donc ne rien négliger, ni la préformation de base, ni la préformation orientée vers le haut niveau et encore moins la formation orientée vers le même haut niveau national. Il devra, en outre, veiller à créer ou moderniser les structures déjà en place et qui serviront de pôles régionaux dans le but d'offrir aux jeunes de chaque partie du pays une réelle opportunité de se former aux exigences du haut niveau, régional et éventuellement national.


R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER