Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Les salaires des joueurs du MCA en question

Des coupes sombres, très sombres !

 Selon une source digne de foi, nous apprenons que le conseil d’administration du MCA, dans le cadre de l’enquête diligentée pour faire toute la lumière sur les 43 milliards dépensés depuis le mois d’avril dernier par Omar Ghrib, compte convoquer les joueurs pour des séances de travail. En effet, des informations sont parvenues au conseil faisant état de certains anomalies dans les salaires des joueurs. “Les salaires portés sur les contrats ne sont pas conformes aux virements effectués, il y aurait des différences qu’une tierce partie est en train de récupérer, une sorte de rançon, acceptée du reste par les joueurs”, révèle notre source. Il s’avère aussi selon ces informations que beaucoup de joueurs du MCA sont effectivement payés par Ghrib et d’autres non, ce qui a provoqué une cassure dans l’équipe. “Ghrib a payé les joueurs en fin de contrat et les nouvelles recrues et leur a offert même des salaires à l’avance (jusqu’à 6 mois), alors que nous, nous n’avons rien perçu depuis au moins trois mois”, confie à Liberté un joueur qui a gardé l’anonymat pour des raisons évidentes. Un ancien dirigeant du MCA témoigne à ce sujet : “Une fois, j’ai reçu dans mon bureau un joueur qui était venu me voir pour me dire qu’on s’était trompé sur son salaire. Je pensais qu’il s’agissait d’une simple erreur de comptabilité, mais mon interlocuteur m’a vite corrigé en me disant qu’il a reçu un montant supérieur à son salaire habituel, alors que son contrat indiquait bel et bien ce salaire. Nous avons mené notre enquête et nous nous sommes aperçus que c’était le cas pour quasiment tout le monde. En fait, on a vite compris que l’ancienne direction (Ghrib) procédait à des coupures arbitraires et qui allaient, bien sûr, dans les poches des anciens dirigeants.” C’était avant le retour de Ghrib en avril 2016. Visiblement, les mêmes pratiques refont surface…


Samir Lamari 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER