Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

FOOT / Dossiers sportifs

C’est sa quatrième nomination à la tête des verts

EN : le retour surprenant de Madjer

©D. R.

C’est sans doute l’un des événements ayant marqué la fin de l’année 2017. Le retour de Rabah Madjer à la tête de l’encadrement technique des Verts au moment où personne ne s’attendait à une telle désignation. Il a été désigné la mi-octobre en remplacement de Lucas Alcaraz avec comme objectif les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations de 2019. Ce n’est pas la première fois que l’ex-star de Porto prend les destinées de l’Algérie dans la mesure où elle avait déjà drivé les Fennecs à trois reprises déjà. Madjer avait été nommé la première fois en décembre 1993 alors qu’il n’avait que 35 ans, devenant ainsi le plus jeune entraîneur national dans l’histoire du football algérien. Mais l’aventure avec les Verts prendra fin un peu plus d’une année plus tard pour insuffisance de résultats. Quatre ans plus tard, c’est-à-dire l’été 1999, il revient sur décision d’un comité provisoire de la FAF mais restera toutefois trois mois sans pour autant entamer son travail de façon officielle. Et suite à un conflit avec Aziz Derouaz, il décide de faire une sortie fracassante en déchirant son contrat en direct lors d’une émission sportive diffusée sur la télévision nationale. En 2001, il refait son come-back, mais la phase finale de la CAN 2002 du Mali lui a été fatale avec trois défaites en autant de matchs. La FAF décide de le remercier. Seize ans après, Madjer est désigné avec les Verts en compagnie d’un staff élargi composé de Menad et d’Ighil. Une nomination ayant été vivement critiquée par une majorité de l’opinion public sans parler de la polémique des diplômes de Madjer. En effet, l’on se rappelle que l’homme à la talonnade qui détient d’un diplôme de troisième degré a cessé toute activité d’entraîneur pendant onze, ce qui l’empêcherait de facto de devenir l’entraîneur national conformément au décret de la République. Le chapitre 5 du décret exécutif 06-296 2006, réservé au cas de suspension et retrait de la qualité d’entraîneur de haut niveau, indique dans son article 51 que le “le retrait de la qualité d’entraîneur de haut niveau à titre définitif intervient notamment en cas (…) de cessation volontaire des activités liées à la qualité d’entraîneur de haut niveau”, soit exactement le cas de Madjer qui a cessé volontairement d’entraîner depuis 11 ans. Côté bilan, le nouveau sélectionneur national compte une victoire face au Nigeria gagnée sur tapis vert suite aux décisions de la FIFA et une autre victoire réalisée en amical face à la modeste équipe de Centrafrique.

N. T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER