Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Zaâbia invective le Dr Brahmi

Insolent Larbi, inconscient El-Ogbi

Dans les entrailles du stade Ahmed-Zabana, la fin du match entre le MCO et le KACM a été assez houleuse, émaillée par ce violent accrochage verbal entre l’attaquant Mohamed Zaâbiya et le médecin du club, le docteur Brahmi. “Zaâbia a reproché au docteur Brahmi, responsable du staff médical, de ne pas être toujours présent au stade, notamment lors des entraînements pour l’assister, lui qui est blessé à la cuisse. Le ton est rapidement monté. Mais si l’attaquant libyen a quelque part raison de vouloir qu’on lui prête aide, assistance et conseils afin qu’il se rétablisse au plus vite et qu’il puisse rejouer de nouveau, il ne faut pas oublier non plus que le Dr Brahmi est médecin généraliste et non pas kinésithérapeute. Il a fait de son mieux, exhortant même Zaâbia à faire une échographie pour mieux statuer sur son cas. La faute est, donc, partagée, même si la grande responsabilité incombe à la direction du club qui n’a pas encore doté son équipe professionnelle d’un kiné que le coach Bouali réclame depuis quatre longs mois”, confiait à Liberté, une source interne et témoin oculaire de l’incident.
Peu avant, le milieu de terrain Kamel Larbi, pourtant irréprochable sur le terrain, s’est rendu coupable à sa sortie du terrain d’un comportement insolent envers les supporters qui avaient pris place dans les gradins, répondant à leurs commentaires par des insultes et des gestes obscènes qui auraient, certainement, été lourdement sanctionnés par une commission d’éthique sous d’autres cieux plus regardants sur tout ce qui relève du volet disciplinaire.
Cela au moment où Hichem El-Ogbi riait à gorge déployée à la sortie du stade, affirmant à quelques-uns de ses proches que “c’était un match que le MCO aurait du gagner par quatre buts d’écart”.
Une bien inconsciente manière d’analyser des faits, venant d’un joueur qui a raté la majorité du micro-cycle hebdomadaire pour rester “à la maison, au chevet de (sa) mère malade” en dépit de n’être ni médecin ni aide-soignant !
Mis hors de la liste des dix-huit, El-Ogbi a assurément pénalisé son équipe qui souffrait, elle, réellement, de l’absence de deux de ses piliers, Nessakh et Zaâbia.

R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER