Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

En dépit de la décision de la FAF de réduire le nombre des licences de 25 à 22

La flambée des salaires des joueurs reprend de plus belle !

©Billel / Liberté

En dépit de la décision de la FAF de réduire le nombre des licences de 25 à 22
Les salaires des joueurs ont encore augmenté !

Le mercato estival a pris fin en Algérie le 28 juillet dernier. Comme d’habitude, le mouvement des joueurs a été intense, les clubs n’ont pas lésiné sur les moyens pour se renforcer en dépit d’une crise financière publiquement assumée avec des comptes financiers largement déficitaires.
Selon les premières estimations recueillis par Liberté auprès de la Ligue de football professionnel (LFP), la masse salariale des clubs de Ligue 1 notamment, a encore augmenté d’au moins 30 %.
“Sauf rares exceptions, la majorité des clubs de Ligue 1 ont vu leur masse salariale augmenter, nous estimons cette augmentation à au moins 30 %, selon les premières constatations que nous avons pu faire sur la base des contrats des joueurs remis à la LFN au jour de la fin du mercato soit le 28 juillet dernier. C’est exactement l’effet contraire que nous attendions car pour cette année nous avions plutôt misé et exhorté les clubs à réduire leurs dépenses notamment en ce qui concerne la masse salariale qui représente parfois jusqu’a 80% du budget de fonctionnement; c’est énorme quand on sait qu’une entreprise viable ne peut pas dépasser un taux de masse salariale de 30%, nous comprenons vite pourquoi les clubs sont en situation de faillite” confie à Liberté un responsable de la LFP. Et d’ajouter que “pourtant, la FAF a réduit cette année le nombre de licences à 22 au lieu de 25 pour les joueurs pour justement baisser la charge colossale des salaires. Nous avons organisé des rencontres et des séminaires pour sensibiliser sur la nécessité de réduire les dépenses mais rien n’y fit, personne ne pense à équilibrer son budget, c’est constamment la fuite en avant”. Du coup, affirme notre interlocuteur “il n’est pas à écarter que la FAF abandonne la saison prochaine cette limitation de licences à 22 joueurs , ils pourront avoir l’effectif qu’ils veulent, de toutes les façons cela ne change rien visiblement …”. À la base de cette augmentation des salaires, une surenchère entretenue par les grosses cylindrées du championnat à savoir le MCA, l’ESS, l’USMA, le MCO notamment qui ont cassé leurs tirelire pour s’adjuger les meilleurs éléments du mercato. “Le problème avec nos clubs, c’est qu’ils promettent des salaires qu’ils ne payent pas en général. Je m’explique : En fait un joueur reçoit en général une avance de 3 à 6 mois de salaires puis …plus rien. À l’arrivée, au lieu d’être payé les 12 mois, il est payé pour 6 mois au maximum s’il donne satisfaction. Alors nous avons proposé de plafonner les salaires en fonction du statut du joueur de sorte que le joueur puisse être constamment payé. En fait, pourquoi promettre un salaire de 300 millions, alors que le joueur sait pertinemment qu’il ne recevra pas cette rémunération pendant toute la saison? Alors il vaut mieux pour un joueur avoir un salaire de 100 millions et être sûr d’être payé pendant toute l’année et éviter surtout le recours à la commission de résolution des litiges de la FAF” ajoute notre source.
Logique !

S. L.

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
madjidus le 01/08/2016 à 14h47

pour la gestion financière et budgétaire des clubs en Akgérue, elle n'obbeit a aucune régle économique!!!. concernant certains clubs financés par la sonatrach, la y a préjudice pour le trésor punlic, et un manque de bien être pour le citoyen algérien à qui on demande de serrer la ceinture. pour moi, comme notre championnat n'alimente plus l'équipe nationale, il ezst question de l'arrêter au moins le temps de permettre aux clubs de se dotter de centre de formations et d'autonomie financière.

Commentaires
1 réactions