Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Il n’est pas sÛr de disputer les JO

Le cas Bensebaïni

Le cas du nouveau défenseur de Rennes, en l’occurrence Ramy Bensebaïni, continue d’alimenter l’actualité de la sélection nationale olympique. La participation de l’ex-central de Montpelier est toujours incertaine eu égard au refus de la direction de Rennes de lui accorder la “faveur” de le laisser à la disposition des Olympiques algériens pour prendre part à la phase finale des JO de Rio. En effet, les dirigeants du club français refusent pour le moment de libérer l’international olympique algérien, et ce, en dépit de l’insistance de la FAF. Cette dernière ne désespère pas à l’idée de l’avoir pour la phase finale des Jeux Olympiques, surtout que les Olympiques ont besoin de l’apport d’un défenseur de niveau pour renforcer le secteur défensif. Et ce n’est pas l’ex-sélectionneur national Gourcuff qui est derrière ce refus mais plutôt la direction du Stade Rennais. La preuve, le joueur en question entretient d’excellentes relations avec l’ancien driver de l’EN. “Je sais que le Stade Rennais FC est un bon club qui joue chaque année les places européennes, ce qui est très motivant. Je connais aussi le coach. C’est lui qui m’a convoqué en équipe nationale. Je pense que ce n’est pas un hasard s’il a souhaité me faire venir. Au sein de l’effectif, je connais très bien Mehdi (Zeffane) avec qui j’évolue en sélection. Il m’a d’ailleurs poussé à venir ici en me décrivant la bonne ambiance. Je l’ai donc écouté (rires)”, avait-il lancé après la signature du contrat. La position actuelle du Stade Rennais est des plus normales sachant que les dispositions de la FIFA sont claires sur cette question. En effet, les Jeux Olympiques ne sont pas considérés comme des dates FIFA, par conséquent, les clubs n’ont aucune obligation à libérer leurs joueurs pour disputer un tel évènement. De ce fait, les fédérations n’ont qu’à obtenir le quitus des clubs. Chose que la FAF n’a toujours pas réglé espérant une compréhension de la part des dirigeants rennais. En tout cas, l’entraîneur national des Olympiques, Shurmann, doit se préparer à toutes les éventualités car miser sur un joueur qui n’est pas sûr de venir est un risque à prendre. Et le sélectionneur des U23 se prépare à toutes les éventualités pour préparer convenablement les JO. À moins d’une autorisation émanant de Rennes, Bensebaïni s’éloigne des JO à sa plus grande frustration lorsqu’on sait que le pur produit du Paradou AC désire disputer cette compétition planétaire.


N. T.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER