Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Sport / Dossiers sportifs

Dossiers sportifs

Le cas Bounedjah

Après avoir décidé une première fois de négocier le transfert de Bounedjah à l’Etoile de Sousse ( Tunisie),  le président de l’USMH   Mohamed LaÏb subit une pression terrible  de la part de  certains dirigeants pour le dissuader d’abandonner le transfert de son attaquant vers la Tunisie, et ce, pour éviter une grave crise au club. En effet,  la menace  brandie par l’entraîneur Boualem Charef de quitter le club au cas où Laïb libérerait Bounadjah, a poussé  certains supporters à  monter  au créneau pour réclamer un traitement rapide de cette affaire  quitte à abandonner complètement les contacts avec l’étoile du Sahel, et ce, dans le souci de préserver les intérêts du club. Ceci explique d’ailleurs l’annulation du voyage de Laïb vers Sousse, où il était attendu jeudi pour finaliser la transfert définitif. Cependant,  Bounedjah, persiste et signe et ne veut rien entendre, car pour lui, son avenir est à Sousse sauf si l’USMH se plie à ses exigences financières en lui octroyant un salaire net de 250 millions de centimes comme il l’avait exigé au patron de l’USMH. Ce qui va créer la zizanie au sein des joueurs, c’est dire toute la complexité de cette histoire de transfert. En tous cas, Laïb, s’il ne consent pas à libérer son joueur et abandonner du coup l’offre de 300 000 euros des Tunisiens,  a tout intérêt à proposer une prolongation de contrat à son avant-centre afin de pouvoir tirer profit de son éventuel transfert le saison prochaine sachant que Bounedjah sera libre l’été 2014. D’ailleurs, l’intéressé a clairement indiqué que “soit l’USMH me libère maintenant contre 300 000 euros soit je partirais la saison prochaine gratuitement, c’est à la direction de voir mais pour moi le choix est fait, mon avenir est en Tunisie. Par ailleurs, l’USMH a clôturé hier son stage qui aura duré une quinzaine de jours dans la ville côtière de Aïn Témouchent. Durant ce stage bloqué, les camarades du revenant Hanitser, ont disputé plusieurs matches amicaux face aux équipes locales, qui ont permis à l’entraîneur Boualem Charef qui entame sa 6e année consécutive à la barre technique de ce club, de faire une évaluation exhaustive du niveau de préparation de   chaque joueur. Le stage a permis aussi  au coach de  superviser les nouvelles recrues toutes issues des clubs de divisions inférieures. Ce stage auquel presque tout l’effectif  a prit part, s’est déroulé dans de très bonnes conditions et a permis au coach de respecter le programma de préparation qu’il a arrêté dès son départ. Les cadres de l’équipe comme Sofiane Younès, Karim Hendou, Sofiane Hanistser, Hamza Aït Ouameur et autres Hosam Liman, ont travaillé d’arrache-pied et ont montré qu’ils sont prêts à relever le défi à l’instar du revenant Salim Boumechra, décidé plus que jamais à rattraper le retard qu’il a accumulé durant sa saison passée au MCO comme il a tenu à l’affirmer : "Depuis que j’ai quitté l’USMH, il y a deux années pour aller à l’USMA ensuite au MCO,  j’ai rencontré beaucoup de difficultés qui comme le sait tout le monde, ont influé négativement sur mon rendement. Je me suis rendu compte que j’ai commis une grande erreur en partant à l’USMA, je savais que j’allais rencontre des problèmes pour convaincre le coach. Même en optant pour le MCO pour être prêt du domicile de mes parents, je n’ai pas pu m’adapter avec ce club, d’où mon insistance à la fin de cet exercice pour retrouver l’USMH, le club avec lequel j’ai rebondi lors de mon passage il y a deux années. Je compte donc de nouveau retrouver tous mes moyens pour revenir à mon niveau, où d’importants challenges nous attendent cette saison." Dès leur retour, les joueurs auront droit à quelques jours de repos, histoire de passer les premiers jours de Ramadhan en famille, pour rejoindre de nouveau l’équipe qui entera dans sa seconde phase de préparation avec le retour du défenseur central Hichem Belkaroui et du portier Azzedine Doukha, qui n’ont pas pris part au stage de Aïn Témouchent en raison de leur engagement avec  l’équipe nationale A’ .


R. A.