Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Lakhdar Belloumi

“Le danger viendra du Cameroun”

© D.R.

Pour avoir lui-même mené à la baguette l’EN à livrer bataille aux meilleures sélections de son époque pour deux épopées qualificatives victorieuses en 1982 et 1986 contre une élimination amère aux portes de l’édition 90, Lakhdar Belloumi porte un jugement pertinent sur la poule B, celle de laquelle devront se tirer les Verts pour espérer être de la fête planétaire de Moscou, en 2018. Pour l’ancien maître à jouer de la sélection nationale, le groupe dont a hérité l’Algérie “est un groupe de la mort, un vrai”. “Sur le papier, ce groupe à de quoi effrayer avec quatre grosses équipes. Mais si on regarde un peu en arrière, le Nigeria et la Zambie nous rappellent de bons souvenirs, notamment à ceux de ma génération. Pour la Coupe du monde 1982, nous avons dominé en aller et retour le Nigeria champion d’Afrique. Pour celle de 1986, nous avons écarté la Zambie de notre chemin. Plus près de nous, pour le Mondial 2010 pour être plus précis, l’EN a également battu les Zambiens en aller et retour”, rappelle, optimiste, Lakhdar Belloumi, qui a tenu tout de même à nuancer à propos du Cameroun qui, affirme-t-il, “demeure un adversaire respectable”. “Contrairement au Nigeria et à la Zambie sur lesquels nous pouvons dire que nous avons un certain ascendant psychologique, le Cameroun a toujours été un rival coriace. Car même sans Samuel Eto’o, cette équipe joue bien au ballon. C’est une formation très technique qui peut nous valoir bien des ennuis. Notre EN possède certes actuellement une attaque qui va certainement inquiéter cette sélection camerounaise, mais notre arrière-garde aussi, qui n’est plus aussi fringante et aussi imperméable que dans un passé récent, peut vivre de bien difficiles moments face aux vifs attaquants camerounais”, met en garde le Ballon d’or africain 1981, pour lequel “la qualification se jouera assurément lors des deuxième et troisième matches, face au Nigeria et à la Zambie”. “Le meilleur scénario serait de battre d’entrée le Cameroun puis ne pas perdre lors des deux déplacements suivants afin de garder le cap, marquer les esprits et ne pas se faire distancer par nos adversaires. Cela est, bien entendu, jouable. La pression sera à mon avis sur nos rivaux de la poule qui voudront coûte que coûte se hisser au niveau de cette sélection algérienne qui enchaîne les bons résultats”, estime, à ce sujet, l’ancien numéro 10 de génie, non sans insister sur le fait que “pour mettre toutes les conditions de réussite de notre côté, il s’agira de bien préparer les deux déplacements au Nigeria et à la Zambie”. “Comme toujours en Afrique, le temps d’adaptation au climat et à l’environnement est primordial. Il faudrait, dès lors, prévoir au moins une semaine de présence en Afrique subsaharienne en perspective de ces deux rendez-vous et non pas un jour ou deux. Pour ce faire, il faudra voir avec les dates FIFA et faire le maximum pour y être bien avant le jour du match”, prévient, toujours à ce propos, Lakhdar Belloumi.


R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER