Foot / Dossiers sportifs

Coupe de la CAF

Le Mouloudia d’“Afrique” avec un visage séduisant

© Liberté

Le stade du 5-Juillet, avec une pelouse en piteux état, a renoué avec les soirées continentales à l’occasion du match aller des quarts de finale de la Coupe de la CAF. Le Mouloudia d’Alger recevait, samedi dernier, le voisin tunisien du Club Africain dans un derby maghrébin à connotation africaine. Un rendez-vous qui a permis au MCA de prendre une petite option pour la qualification en demi-finale après sa victoire, certes étriquée, mais ô combien précieuse face à un redoutable adversaire. Tout est réuni, excepté une bonne pelouse, pour la réussite de la sortie continentale des Vert et Rouge après un début de compétition locale timoré, surtout après la piètre prestation face au CR Belouizdad, soldée par une défaite loin d’être digérée par les ultras mouloudéens. Pour cette confrontation face au voisin tunisien, l’entraîneur Bernad Casoni a opéré encore des changements dans son équipe-type. Azzi a remplacé Hachoud, Karaoui et Chérif El-Ouazzani ont repris leur place dans la récupération, Amada s’est vu confier l’animation du jeu à la place de Derardja, alors que le trio d’attaque a été composé de Aouedj et Balegh dans les couloirs, ainsi que Nekkache en pointe. Les Vert et Rouge n’ont pas voulu gâcher la soirée et ont dès la 9e minute fait exploser les gradins grâce à un but signé Nekkache. Certes, le but a été entaché d’une position de hors jeu, mais validé tout de même par l’arbitre de la rencontre, le Marocain El-Djaâfri. Il faut dire que pour un début de match, il y avait un tout autre visage de l’équipe algérienne, plus séduite et plus entreprenante. Le système mis en place par Casoni a permis à l’équipe de bien quadriller le terrain et aux joueurs de gagner presque tous les duels. Les camarades de Bouhenna ont bien dominé leurs vis-à-vis, obligeant l’équipe tunisienne à se confiner au rôle de spectatrice. Cependant, il y avait un manque de réalisme à l’approche de la surface de vérité des Clubistes, ce qui a empêché les Algérois à trouver le chemin des filets et ce n’est sûrement pas faute d’avoir essayé. Le duo Aouedj - Balegh sur les côtés, et Amada, fort de son aisance technique, ont offert des solutions offensives, malheureusement mal exploitées. Dans le temps additionnel, Chaouchi a sauvé son équipe d’un but certain à la première vraie incursion tunisienne. Après la pause, il y a eu un léger mieux de la part des visiteurs, mais les Algériens veillaient au grain et défendaient ardemment leur maigre acquis. Malgré une possession du ballon pour les Tunisiens, la plus dangereuse opportunité fut pour Azzi dont le tir fulgurant a mis en difficulté le portier du CA, qui a dégagé à l’emporte-pièce le ballon repris par Aouedj, mais qui s’est écrasé sur le poteau. Au fil des minutes, le manque de fraîcheur physique était apparent chez les joueurs du MCA dû à une préparation insuffisante. Malgré cela, Nekkache a raté une grosse opportunité de faire le break, après son face-à-face avec le gardien tunisien à un quart d’heure de la fin. Les Algérois ont eu d’autres occasions, mais se sont contentés d’une victoire étriquée qui leur permet d’aborder la manche retour avec un ballottage favorable.
Reste tout de même que le plus dur se jouera au stade de Radès dans une semaine. Le MC Alger est à 90 minutes d’une qualification historique en demi-finale de la Coupe de la CAF.


M. A.