Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Même si la victoire obtenue face au CRB est une bouffée d’oxygène

Le plus dur reste encore à faire pour la JSK

“La JSK est un grand club, mais il n’a pas de grande équipe !” Cette déclaration de l’entraîneur-adjoint de la JSK, Lakhdar Adjali, à la fin du match JSK-CRB où les Canaris venaient de remporter pourtant leur première victoire de la saison à domicile est, en fait, une évaluation tout à fait logique émanant d’un technicien d’envergure qui connaît bien le football et qui  aura dressé là un constat des plus objectifs en ce qui concerne la situation qui prévaut actuellement au sein de la maison JSK. Certes, les Canaris ont livré un match d’hommes face aux Belouizdadis et ont réussi le sursaut d’orgueil tant attendu par des milliers de supporters kabyles qui, en dépit des mauvais résultats enchaînés par la formation kabyle, avaient décidé d’envahir littéralement les travées du stade du 1er-Novembre pour porter aux nues leur équipe favorite qui s’était engluée dangereusement ces derniers temps dans les zones marécageuses des bas-fonds du classement. “Certes, les joueurs ont puisé admirablement au fond de leurs tripes pour arracher tant bien que mal cette précieuse victoire contre Belouizdad, mais il faut bien se dire que nous ne sommes pas sortis de l’auberge et il va falloir bien retrousser les manches et surtout renforcer sérieusement notre effectif durant cette trêve hivernale pour tenter de sauver notre saison”, dira encore Adjali qui a tenu à saluer tel qu’il se doit “ce merveilleux public qui est venu en masse pour transcender toute l’équipe qui ne demandait qu’à être motivée au maximum pour s’imposer face au CRB et arracher les trois précieux points qui valent certainement leur pesant d’or en ces moments difficiles”.
De son côté, le coach tunisien de la JSK, Sofiane Hidoussi, était visiblement ravi de ce premier succès à domicile de ses poulains comme il était heureux de constater que le fidèle public kabyle était venu à la rescousse pour pousser les Vert et Jaune à se surpasser au maximum pour réussir une véritable révolte en cette période de “vaches maigres” puisqu’ils auront attendu la 15e et dernière journée de la phase aller pour s’offrir finalement un premier succès salvateur sur leurs propres terres. “Voilà, c’est ce genre de public que je voulais depuis quelques semaines déjà car il faut bien avouer que c’est vraiment triste et décourageant que d’évoluer dans un stade vide alors que, jadis, le public kabyle a toujours constitué le douzième homme de la JSK !”, dira l’entraîneur en chef de la JSK qui a déjà en tête le match des 8es de finale que disputera son équipe dès ce mardi au stade du 1er-Novembre à 17h face au Cendrillon de l’épreuve, le Nasr d’El-Fedjoudj entraîné, comme on le sait, par l’ancien goléador guelmi de la JSK, Farid Ghazi. “Ce n’est quand même pas normal qu’il y ait des clubs qui ont disputé leur dernier match de championnat jeudi passé et ont tout le temps de se préparer pour les matchs de coupe programmés en cours de semaine alors que la JSK a joué son match face au CRB deux jours après et n’a que quarante-huit heures pour préparer un match des 8es de finale de Coupe sans pouvoir récupérer de ses fatigues”, regrette Hidoussi qui, de plus, risque d’être confronté à de gros problèmes d’effectifs dans les jours à venir. Et pour cause, son pivot central et capitaine d’équipe, Ali Rial, a juré, avant-hier soir, de ne plus remettre les pieds à la JSK du fait que, une fois de plus, il a été pris en grippe par une partie du public sans oublier cette mystérieuse affaire de non-qualification des joueurs amateurs tels que l’Oranais Bahari et le Koubéen Mamèche qui évoluent en Division nationale amateur et ont pratiquement tout conclu avec les dirigeants kabyles visiblement ravis d’avoir renforcé leur effectif mais subitement pris de panique par cette nouvelle réglementation que la direction de la JSK ignorait jusque-là, ce qui est un comble pour un club soi-disant professionnel. Aux dernières nouvelles, le président Hannachi semble confiant pour lever un tel obstacle mais il faut savoir  que la tâche reste bien compliquée surtout que dans le cas contraire, la JSK se retrouvera le dos au mur. Enfin, il reste à appréhender les contours de la préparation hivernale dans la mesure où Hidoussi exige un stage de préparation spécifique et refuse l’éventualité de disputer un tournoi amical à El-Jadida alors que les dirigeants kabyles ont déjà répondu favorablement aux sollicitations du club marocain.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER