Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

La défense reste le maillon faible des Verts

Mandi est-il réellement l’axial recherché et Belkaroui a-t-il vraiment le niveau ?

 La force qui faisait la sélection nationale à l’époque de Rabah Saâdane ne l’est plus depuis plusieurs années. L’Algérie avait une défense de fer avec des joueurs comme Belhadj, Antar Yahia, Bougherra, Halliche et même Belkalem. Mais depuis le départ à la retraite internationale des trois premiers cités et les blessures à répétition des deux derniers a provoqué un véritable cataclysme dans l’arrière-garde de l’équipe nationale. En matière de chiffres, l’Algérie a disputé 73 matches de 2010 jusqu’à 2016. Les Verts ont encaissé 76 buts, soit une moyenne de plus d’un but par match. Le problème de la défense des Verts n’a toujours pas été résolu, ce qui rend l’équipe nationale une formation fébrile en dépit de la présence de joueurs de renommée mondiale dans les autres compartiments. Samedi dernier au Godswill Akpabio international stadium, les Verts ont dû céder aux coups de boutoir des attaquants nigérians. L’arrière-garde endosse l’entière responsabilité de la défaite. Les joueurs du Nigeria peuvent remercier Belkaroui, Mandi et autres Medjani de leur avoir offert des opportunités de marquer et de remporter les trois points face à un adversaire direct. La preuve, sur le premier but, c’est Belkaroui qui semble avoir réalisé la passe “une-deux” avec Moses. Ce dernier ne s’est pas privé de se régaler et régaler les siens en prenant M’bolhi à contre-pied. Belkaroui avait également été coupable d’une grossière erreur à la 7e minute lorsqu’il avait offert une balle de but à Iheanacho, mais ce dernier était mal inspiré à l’approche des buts. D’ailleurs à la 25e minute, juste après l’ouverture de la marque, le gardien M’bolhi n’a pas apprécié le positionnement de ses défenseurs, alors il s’en est pris au joueur de l’ES Tunis. Il l’a poussé violemment, histoire de lui faire savoir qu’il venait de commettre l’irréparable. Maintenant la question qui se pose, Mandi est-il réellement le défenseur axial recherché ? Ou encore, Belkaroui a-t-il le niveau pour lui confier un rôle très important dans la défense ? La réponse est non pour les deux. Si Mandi pourrait être reversé en tant que latéral droit, un poste qui fait défaut aussi aux Verts, il n’en demeure pas moins que Belkaroui n’a pas le niveau d’évoluer dans une sélection nationale. Le sélectionneur national n’aura pas une baguette magique afin de résoudre le problème défensif, car ces joueurs qui ont cette culture défensive ne courent pas les rues. Les défenseurs algériens donnaient des signes d’affolements à la moindre accélération des Moses, Iheanacho, Iwobi et Obi Mikel. Dans le domaine de la vitesse, les arrières axiaux algériens avaient du mal à rivaliser, surtout Belkaoui, qui a pratiquement perdu tous ses duels. Tant que l’Algérie ne parviendra pas à trouver l’oiseau rare pour assurer ses arrières, l’équipe nationale éprouvera toujours des problèmes face à n’importe quel adversaire.


Malik A.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER