Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

La déception de la saison

MCO : bonjour tristesse !

C’est un bien triste bilan qu’affiche le Mouloudia d’Oran en cette fin de saison de toutes les déceptions. N’ayant jamais pu répondre aux grandes attentes de son large public, le MCO a achevé l’exercice 2015-2016 sur les rotules avec comme seul lot de consolation un maintien sans saveur, acquis dans la douleur. Forts de leur flatteuse troisième place de la saison dernière, les Oranais nourrissaient pourtant beaucoup d’ambitions pour l’exercice qui vient de baisser rideau. Incapables de hisser leur niveau de jeu et d’en finir avec ces problèmes internes créés, pour la plupart, par les proches du président. Les Rouge et Blanc d’El-Hamri ont terminé la saison à une anecdotique 10e place avec 40 points au compteur, soit 18 unités de moins que le champion usmiste mais à seulement 4 encablures du premier relégué, l’USM Blida. Bien que comptant dans ses rangs le meilleur buteur du championnat en la personne du Libyen Mohamed Zaâbiya, avec 13 banderilles plantées et la deuxième meilleure ligne d’attaque de la Ligue 1, le Mouloudia n’a jamais vraiment assuré le spectacle, offensivement parlant, marquant 40 buts contre 35 encaissés, soit un insignifiant goal average positif de +5. L’unique constante des Hamraoua cette saison aura été cette inquiétante boulimie en matière de consommation d’entraîneurs puisque 3 staffs techniques différents se sont succédé sur le banc mouloudéen sans pour autant réussir à élever le niveau de jeu de l’équipe, encore moins à donner du plaisir aux supporters. Assurant l’intérim lors des trois dernières journées de championnat, Bachir Mecheri a ainsi succédé au limogé Fouad Bouali qui avait lui-même suppléé au pied levé le Français Jean-Michel Cavalli, démis de ses fonctions après un interminable bras de fer avec sa direction, à sa tête Belhadj Mohamed. Un président sur les épaules duquel repose la grande part de responsabilité dans l’échec du MCO, version 2015/2016, en raison notamment de son immense incapacité à se défaire d’un proche entourage doublement nuisible qui n’a d’égal que sa grande méconnaissance des exigences du football de haut niveau comme en attestent ses erreurs et bourdes à répétition lorsqu’il est question de recrutement ou de la préparation d’un stage à l’étranger. Résultat : une décevante dixième place en championnat alors qu’on lui prêtait le costume de candidat au podium ; une élimination à domicile dès son entrée en lice en coupe d’Algérie, puis une sortie sans gloire en 1/8e de finale de la Coupe de la Confédération africaine de football face à un faible Kawkab de Marrakech qui lutte pour son maintien. Un bien triste bilan en somme.


R. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER