Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Dossiers sportifs

Les verts Joueront en une semaine contre la Guinée et le Togo

Premiers tests délicats pour Alcaraz

©Zehani/Liberté

Importants examens de fin d’année pour Alcaraz et Zetchi
Pourquoi l’EN doit réussir sa semaine africaine

Bien que la passion et la ferveur soient (re)descendues d’un cran autour de l’équipe nationale, conséquence directe d’une CAN au Gabon désastreuse et de l’énorme déception qui a accompagné la nomination d’un Alcaraz inconnu auprès du large public algérien au moment où des poids lourds du circuit international étaient annoncés pour remplacer le préretraité belge Georges Leekens, la sortie amicale de demain face à la Guinée revêt une grande importance. Et ce, pour plusieurs raisons. D’abord parce que cette sélection, composée d’une génération des plus talentueuses de l’histoire de l’Algérie, doit effacer le plus rapidement et de la meilleure manière possible ce triste épisode de la Coupe d’Afrique des nations 2017 au pays d’Aubameyang. Éjecté d’une humiliante façon de la compétition au moment où elle avait atterri à Franceville dans l’habit de favori aux dents longues, la sélection nationale aura là une belle opportunité de se refaire une santé sportive, quand bien même en amical. Sevrée de succès depuis déjà un bon moment, plus précisément depuis le 4 septembre 2016, et ce score fleuve face au faible Lesotho (6-0), l’EN a bien besoin d’un coup de force que seul le talent conjugué à l’orgueil peuvent aller chercher, notamment face à cette formation du Silly National qui en impose par sa technique et sa robustesse physique et qui ne s’est guère embarrassée de fioriture pour dicter sa loi lors de la dernière confrontation entre les deux teams. C’était le 9 octobre 2015 pour ce qui constituait alors un retour tant réclamé au temple olympique du 5-Juillet, et la Guinée l’avait emporté sur le score de 2 buts à 1. Restant sur 3 matches nuls (2-2 face au Sénégal, 2-2 face au Zimbabwe et 1-1 face au Cameroun) et deux défaites (1-2 face à la Tunisie et 1-3 au Nigeria) pour ses 5 dernières sorties officielles, l’Algérie n’aura, ainsi, d’autre alternative que la gagne, demain soir, face aux coéquipiers de Mathias Pogba, frère de la star de Manchester United et de l’équipe de France, sous peine d’entamer les éliminatoires de la CAN-2019 dans une bien délicate position. Nommé le 13 avril dernier, soit depuis près de trois mois, l’Espagnol Lucas Alcaraz mesure, d’ailleurs, parfaitement l’importance d’un tel succès en amical quatre jours avant de recevoir un Togo toujours aussi imprévisible à l’image de sa capricieuse méga-star Emannuel Adebayor.
Aussi bien pour son bilan comptable que pour sa crédibilité en tant que nouveau sélectionneur, ou encore pour mieux assoir son autorité et imposer sa manière de travailler et sa vision du football, l’actuel driver national a plus que jamais besoin d’un succès convaincant.Tout comme son mentor, le président Kheireddine Zetchi, qu’une balade victorieuse face à la Guinée, puis une entrée triomphante en éliminatoires de la CAN-2019, 4 jours plus tard face au Togo de Claude Leroy, conforteraient énormément, notamment, en cette période de légère accalmie après la bourrasque née de ses conflits à répétition avec sa tutelle ministérielle, ses pairs présidents de club et son alter de la LFP. Kheireddine Zetchi assimile, en somme, précisément la conséquence d’un succès —quand bien même en amical face à une Guinée qui n’a presque jamais réussi aux Algériens à domicile — qui balisera certainement le chemin de la victoire moins d’une semaine plus tard face au Togo dans la course à la CAN 2019 pour laquelle il nourrit de grandes ambitions. Un sans-faute en plein Ramadhan devrait, du reste, lui assurer ainsi qu’à son sélectionneur ibérique une tranquillité certaine pour un bon moment, assortie d’un bénéfice du doute qui devrait provoquer un certain regain d’intérêt du public des Verts, qui en veut toujours aux coéquipiers de Fawzi Ghoulam après l’ineffaçable naufrage gabonais. Pour leurs deux derniers devoirs avant les grandes vacances, les Verts doivent, de fait, tenir leur rang, justifier leur réputation et réussir ce double-test grandeur nature. Il y va de leur crédibilité continentale. De l’avenir de leur (inexpérimenté) coach. Et de l’honneur de leur (nouveau) président.

R. B.

Lire le dossier


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER