Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

Ceci vous concerne…

Il est tout de même curieux que des joueurs qui, naguère, refusaient même de signer le règlement intérieur des clubs sous prétexte qu’il ne défendait pas suffisamment leurs intérêts moraux et matériels ne se sentent pas aujourd’hui concernés par le débat autour d’une question pourtant lancinante. Le texte du règlement intérieur unifié rendu public il y a quelques jours par la Ligue du football professionnel, disponible sur le site internet de l’instance et préparé il faut l’avouer en vase clos, n’a suscité jusque-là aucune réaction, pas même l’ombre d’une critique, bonne ou mauvaise. Tout se passe comme si les principales dispositions de ce règlement sont acceptées par tous. Pourtant, la plupart des joueurs interrogés avouent qu’ils ne sont même pas au courant de la publication d’un tel document ; personne n’est venu demander leur avis au niveau des clubs, censés jouer le rôle de relais entre les joueurs et les instances footballistiques. C’est l’omerta autour d’un sujet sensible qui ne manquera pas d’avoir des répercussions sur les relations de travail dans le milieu du football en Algérie. En effet, passé la période des vacances, les joueurs vont devoir parapher le document qui sera joint à leurs contrats. En cas de litiges, ce document servira de base de travail essentielle au sein de la chambre de résolution des litiges de la FAF ou au sein de toute autre juridiction. Pourquoi donc une telle indifférence ? Il est clair que l’absence d’une structure syndicale au sein des joueurs de football en Algérie ne leur permet pas de trouver un cadre de concertation et de réflexion. La FAF et la LFP, qui n’ont d’ailleurs jamais vu d’un bon œil l’émergence d’un syndicat, se sont retrouvées sans interlocuteur. C’est la loi de l’imposition ! Mais comme le dit si bien l’adage, les absents ont toujours tort !

S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER