Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito foot

Ferhat et l’esprit de groupe

Zinedine Ferhat ambitionne de revenir en équipe nationale par la grande porte. Pour ce faire, le virevoltant attaquant algérien compte “forcer la main” au nouveau sélectionneur national, Milovan Rajevac, à travers des prestations convaincantes avec son nouveau club, Le Havre AC, avec lequel il a déjà commencé à s’illustrer en match amical (un but et une passe décisive). “Je sais qu’en Algérie, ils seront nombreux à suivre mes débuts en France. Et je sais aussi que si j’aligne tout de suite les bons matches, on me rappellera en sélection. J’aime mon pays et je veux rejouer pour lui. Maintenant, c’est à moi de prouver. Au pays, je suis connu, j’ai gagné plein de titres, mais en France, personne ne me connaît. Alors je vais bosser dur. Je ne veux décevoir personne”, confie-t-il dans la presse française. Jusque-là, rien d’anormal, revêtir le maillot national est une ambition légitime et un droit absolu pour tout Algérien répondant aux critères de sélection nécessaires. Cependant, Ferhat zappe en un tour de main un détail important, à savoir qu’il est suspendu par la FAF de toutes les équipes nationales en raison de son refus de rejoindre le premier stage de l’EN olympique, début juin dernier. C’est à peine s’il fait allusion dans sa première sortie médiatique à l’épisode de Tikjda. “Au début, être suspendu pour les Jeux a été un coup très dur à encaisser. Les Jeux, tous les sportifs rêvent d’y participer au moins une fois dans leur vie, mais...”, lâche-t-il laconiquement. Pas le moindre remords, pas la moindre explication, Ferhat n’essaie même pas de justifier ce qui s’est réellement passé, au moment où le coach national Schürmann affirme “n’avoir jamais délivré d’autorisation d’absence” et surtout alors que la FAF l’accuse carrément d’avoir privilégié la signature de son contrat professionnel avec Le Havre au détriment de l’intérêt de la sélection nationale. Ferhat est un élément pétri de qualités, son talent est indéniable. Il peut bien valoir à l’Algérie une plus-value certaine, mais la décence aurait voulu qu’il s’excuse d’abord sur son lâchage et faire son mea culpa dans cette affaire afin d’ouvrir la porte à une éventuelle “grâce” de la FAF. L’humilité et la condescendance sont des valeurs morales tout aussi indispensables que la valeur technique intrinsèque pour tout joueur prétendant à une sélection en équipe nationale. Et tant que Ferhat n’aura pas compris cela…


S. L.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER