Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Foot / Edito foot

Edito

On ne va plus en Afrique pour une balade de santé !

Le temps où les ténors du football africain se permettaient des balades de santé contre des équipes dans le rôle de figurants est bel et bien révolu. Jugez-en : le Ghana, le Brésil de l’Afrique, se fait accrocher par une inconnue formation des îles Comores, l’Égypte est balayée par le Tchad alors que le Nigeria et le Sénégal souffrent respectivement contre le Swaziland et Madagascar. C’est dire que le football africain a énormément progressé au moment où peut-être ses locomotives ont dormi sur leurs lauriers, tablant sur un talent intrinsèque, certes intarissable, mais pas suffisamment consolidé. Il en est de même, du reste, pour le cas de la sélection  algérienne, grande surprise du dernier Mondial brésilien, qui a carrément frisé la correctionnelle à Dar Es-Salam contre la Tanzanie avant de renverser la vapeur grâce au… talent des Mesloub, Mahrez, Bentaleb et surtout Slimani, auteur d’un doublé salutaire. Quelques mois auparavant, cette même sélection algérienne avait déjà laissé transparaître des signes de déclin contre le Lesotho. En une année donc, les Verts version Gourcuff ont perdu de leur verve et de leur domination pour se suffire du rôle du parfait “hold uper” des fins de matches. Partisan du beau jeu et de la possession de balle, Gourcuff a bien du mal à asseoir sa vision du jeu au sein de la sélection algérienne, et à défaut de faire briller l’EN de nouveau après un Mondial brésilien mémorable, le technicien français fait – la manière en moins – dans l’entretien des acquis de l’ère Halilhodzic.    


S. L.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER