Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Atavisme paternaliste

Le régime ne sait gérer, par reflexe atavique certainement, que par le paternalisme. Une attitude qui ne tolère ni la contradiction ni ne s’accommode de l’activisme de ceux qu’il considère comme sa progéniture comme une menace pour sa survie. C’est en ce sens qu’il s’applique, en lâchant son armée de disciples, à régulièrement tenter de corrompre les plus flexibles, le cas échéant, à torpiller toute initiative qui n’est pas sienne, qui devient de fait suspecte. Et donc, ennemie à discréditer par tous les moyens. Se permet-il, toujours avec cette attitude paternaliste héritée, selon le moudjahid Lakhdar Bouregaâ, de l’esprit de la guerre de Libération et surtout du coup de force de 1962, d’accaparer les idées des autres et de les adapter à sa convenance pour les vendre à l’opinion dans un emballage de réformes.
Après avoir réussi “à mettre hors d’état de nuire” le processus de Mazafran, il remet sur le tapis le même plan d’attaque dans une atmosphère dominée par la proximité de 2019 et l’incertitude sur le 5e mandat.
Et c’est tout naturellement, par reflexe, ce qui est entrepris actuellement avec le MSP que les partis du pouvoir veulent ramener en le poussant, en faisant des concessions, à recentrer son initiative de telle sorte à intégrer “leur consensus”, le sien s’étant désagrégé au fil des rencontres, et à servir ainsi de vitrine à l’éventuel plan B évoqué dans le cas où le 5e mandat tomberait à l’eau. D’où les similitudes des réactions des partis de l’Alliance à la proposition du MSP.
Il ne s’agit là que d’une première approche pour ramener ce parti dans le giron du pouvoir, auquel cas, il sera sanctionné, le pouvoir maîtrisant parfaitement l’art de sévir. Le recul sur les acquis démocratiques et l’état des partis de l’opposition en sont la parfaite preuve. À tel point que ces partis n’arrivent même plus à s’entendre ou à amorcer une action ou initiative commune sans risque.
Continuera-t-il à se comporter en paternaliste avec la classe politique et le peuple et à réagir par instinct de survie ? 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER