Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Aveuglement

Le pouvoir politique en Algérie, même s’il arrive que sa devanture subisse un lifting, semble condamné à reproduire ses pratiques et ses réflexes despotiques qui rejaillissent méthodiquement comme un atavisme assumé en toute circonstance. Face à une société en perpétuelle mutation, sous l’influence d’un monde métamorphosé par l’invasion des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les tenants du pouvoir, issus pour la plupart de l’ancienne génération, refusent de se rendre à l’évidence d’une réalité qui ne souffre pourtant aucune équivoque. La révolution citoyenne a ébahi le monde par son expression pacifique, sa discipline exemplaire et son organisation irréprochable. Ses revendications, au demeurant légitimes et raisonnables, de l’avis de la grande majorité des observateurs, sont claires comme de l’eau de roche. Éreinté par des décennies d’une gestion calamiteuse des affaires publiques qui a ruiné ses espoirs, le peuple aspire à construire une nouvelle république fondée sur les principes universels de justice, de démocratie et de liberté. 
Sachant que l’occasion que leur offre le mouvement populaire constitue une opportunité historique inouïe, les Algériens continuent, depuis bientôt huit mois, à battre le pavé, massivement, pour se faire entendre. Une partie de l’élite politique, sociale, culturelle, universitaire et associative du pays a pris ses responsabilités en formalisant les mots d’ordre du hirak dans des initiatives visant à contribuer à trouver des solutions à l’impasse politique. 
De nombreuses propositions ont été faites dans ce sens par des formations politiques ou des groupes de parti, des personnalités nationales, des universitaires ou des groupes de réflexion  citoyens. La déclaration signée et rendue publique hier par une vingtaine de personnalités politiques, de syndicalistes, d’activistes et d’universitaires se veut, d’une certaine façon, un cri d’alarme tendant à faire prendre conscience au “pouvoir de fait” des risques d’un entêtement, voire d’un aveuglement de sa part à continuer à ignorer les infatigables clameurs populaires. Le déni dont les tenants du système font preuve aujourd’hui est, en effet, porteur de véritables menaces. L’élection présidentielle du 12 décembre, voulue comme la panacée au bourbier dans le lequel se trouve le pays, pourrait s’avérer un piège mortel pour la nation, qui aspire à un avenir meilleur. Et c’est maintenant, et plus que jamais, que l’Algérie a besoin des voix de ses sages pour éviter le pire. 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER