Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Blocages à dépasser, opportunités à saisir

Il y a assurément une différence entre les délégations d’hommes politiques qui font le va-et-vient entre l’Algérie et la France, porteurs de discours pleins de bonnes intentions, et agrémentés de petits-fours, et celles d’hommes d’affaires, à l’instar de celle qui a séjourné dans le pays et que conduit le président du Medef, Pierre Gattaz. Plus terre à terre et plus concrets, les hommes d’affaires qui ont débarqué cette semaine à Alger et qui ont un sens aigu de leurs intérêt ont posé, hier, les vraies questions, lesquelles portaient, essentiellement, sur le climat des affaires dans notre pays. Et là-dessus, on l’aura compris, ils ne semblent pas enthousiastes devant ce qu’ils auront noté et observé. Avant la visite, ils ont sûrement fait le plein d’informations quant aux opportunités d’affaires en Algérie, mais aussi et surtout sur l’état de la gouvernance économique. Évidemment, ils se sont intéressés, investisseurs qu’ils sont, à la place faite à l’entreprise dans notre économie. Et, il faut bien en convenir, il y a en la matière de quoi décourager les plus audacieux. Dans l’arsenal juridique qui reste à parfaire mais également dans la pratique qui, souvent, obéit à d’autres règles, non écrites, que celles dictées par les textes de loi. On comprend dès lors que les patrons français soient frileux, quitte à se laisser déborder par des chefs d’entreprise d’autres pays, certainement moins regardants sur l’environnement économique.
Entre l’Algérie et la France, ce ne sont pourtant pas les domaines et les opportunités de coopération qui manquent. Les moyens de dépasser les frilosités et les blocages existent bel et bien. C’est le message que Jean-Louis Levet a délivré hier à Tizi Ouzou. Et l’illustration en a été faite lorsqu’il a évoqué la réussite de cette expérience pionnière qu’est la colocalisation, qui a permis à un groupe comme Cevital et à des entreprises françaises, Brandt et Oxxo, d’opérer de concert pour, simultanément, sauver des emplois en France et en créer encore plus en Algérie et produire autant pour le marché intérieur que pour l’exportation. À méditer.

Par Outoudert Abrous
abrousliberte@gmail.com


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER