Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Chiquenaudes sans conséquence

Les élections locales du 23 novembre, qui ont fait la part belle aux partis de l’alliance présidentielle informelle, reconduisent, nul ne s’en étonne, le statu quo. Les apprenants parmi les compétiteurs font une première expérience de ce qu’est une élection à l’algérienne. C’est le cas du parti Talaïe El-Houriat, qui, pour sa première participation à ces joutes, a remporté 5 communes, alors qu’il s’attendait à une meilleure pioche. C’est le cas également du Parti des travailleurs qui voit ses scores électoraux aller decrescendo, depuis que sa secrétaire générale s’est aventurée à s’intéresser de près à la santé du chef de l’État et à sa capacité de gouverner. Laminés, les partis islamistes l’ont été également. Les résultats officiels des élections leur attribuent une audience réduite. Une topographie de la représentativité politique, pour ne pas dire partisane, qui semble avoir été dessinée de main de maître. Elle l’est sûrement, puisqu’elle ne perturbe en rien l’ordre de placement dans la cordée. Surtout qu’il est dit, çà et là, que les municipales travaillent la présidentielle de 2019. Que le RND et le FLN se chamaillent, cela ne peut être qu’un jeu de scène. Ce qui ne risque pas de déclencher la révolution. Au moment des grands choix, les deux partis sauront se réconcilier et faire cause commune, comme si de rien n’était. S’ils crient à la fraude et s’accusent mutuellement, c’est juste pour dire, plutôt faire croire que la fraude profite aussi aux autres, qu’ils en sont, eux aussi, victimes. Ils tentent, agissant de la sorte, de faire accroire que la fraude c’est le fait d’administrateurs zélés. Mais nul n’ignore que les travers de l’administration sont aussi et avant tout ceux du gouvernement. Un gouvernement que le RND et le FLN se partagent. N’était le dramatique de la situation, leurs taquineries auraient pu avoir quelques utilités, comme, par exemple, amuser la galerie. Or, elles ne font rire plus personne.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER