Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Citoyens contre lobbies

Cinq comités citoyens de soutien aux travailleurs de Cevital et aux investissements économiques ont été installés hier, simultanément, dans cinq wilayas du pays, à savoir Blida, Constantine, Sétif, Tizi Ouzou et Skikda. Ils viennent s’ajouter à celui de Béjaïa, déjà très actif depuis des mois, et à celui d’Oran, mis en place cette semaine. L’on apprend, pendant ce temps, que partout ailleurs en Algérie, des contacts et des rencontres sont en cours pour la constitution de nouveaux comités locaux.
C’est dire que les blocages que connaît le groupe Cevital dans la mise en œuvre de ses projets industriels dont, notamment, celui portant sur une unité de trituration de graines oléagineuses, ne sont pas sans écho et que le travail de sensibilisation accompli par le comité de Béjaïa porte bel et bien ses fruits. Pour autant, il ne faut pas s’illusionner : il en faudra sans doute plus pour que le gouvernement s’éveille enfin aux effets et conséquences d’un ostracisme économique qui ne dit pas son nom, mais que tout le monde constate et vérifie, comme le démontrent ces comités de soutien qui voient le jour dans différentes régions du pays. Tout le monde, sauf ceux qui, en principe, devraient être les premiers à revendiquer le droit et la liberté d’investir dans le cadre de la loi, soit les organisations patronales. Or, celles-ci bottent en touche et font mine de n’avoir rien vu, comme le gouvernement. Comme lui, aussi, elles ne tarissent pourtant pas de propos et de discours sur le climat des affaires et le rôle cardinal de l’entreprise dans la diversification de l’économie. Leur silence sur les dépassements dont s’est rendu coupable le DG du port de Béjaïa et sur les manques à gagner que cela induit pour l’économie et la trésorerie du pays en dit long sur le pouvoir des lobbies. Il n’en dit pas moins sur leur souci unique : l’accaparement des richesses, sans prise de risque. À tel point que rien n’interdit, aujourd’hui, de penser que le recours à la planche à billets a été décidé par ces mêmes lobbies. Car il fallait bien pérenniser la généreuse commande publique qui les enrichit, quitte à plonger le pays dans une spirale inflationniste incontrôlable. Cela aussi, ces citoyens qui s’organisent pour la défense et la promotion des investissements économiques créateurs de richesses l’ont compris. Ils ont conscience qu’ils se battent aussi, ce faisant, pour l’emploi, pour le droit au travail et contre la gouvernance clanique de l’économie du pays. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER