Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Cohésion sociale

Lu à l’occasion de la Journée nationale de l’avocat, le message du président de la République est un peu plus décodé que celui du 19 Mars, même si rien ne transparaît pour une visibilité de l’échéance de l’élection présidentielle 2019. Il a, au moins, le mérite d’avouer qu’à la conjoncture difficile que traverse le pays, il est indispensable de se serrer les coudes. Pour cela, une cohésion sociale est indispensable pour atténuer les tensions et placer l’Algérie au-dessus de tout.
En face, les partis politiques partent de leur constat de la situation d’un pays en déshérence, sans cap et sans tableau de bord. Pour la cinquième session de son comité central, le parti dresse un tableau noir aussi bien de la gouvernance que de la place des prédateurs et des oligarques d’une sphère économique exsangue qui importe plus qu’elle n’exporte. Le parti s’insurge contre le face-à-face entre les différents syndicats qui battent le pavé avec les forces de sécurité, alors que leur vis-à-vis devrait être leur tutelle. Mais cette dernière, tous corps confondus, a battu en retraite faute de pouvoirs qui ne lui sont pas donnés. Les ministres concernés semblent avoir les pieds et les poings liés face à cette situation à laquelle certains compatissent, mais ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Au-dessus, un Premier ministre qui aussitôt nommé a, à cœur, de poursuivre le programme du Président, mais se voit phagocyter par une oligarchie qui ne dit pas son nom, d’une part, et, d’autre part, par un parti hégémonique qui jouit d’une légitimité historique, dont le Président se reconnaît. Cet amalgame entre les constats des uns et les hésitations des autres a abouti à une situation de stagnation, voire de régression.
La SG du Parti des travailleurs a, quant à elle, averti sur la politique sociale et surtout sur la façon dont les pouvoirs publics sortent plutôt les matraques que le courage de négocier, d’autant plus qu’il s’agit de la famille universitaire. La seule qui bénéficie d’une immunité dans les pays démocratiques. Elle est l’avenir et le savoir.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER